Le président américain a choisi son média favori pour révéler son classement : Twitter et ce n’est pas un journaliste qui arrive en tête.

A la première place de ce classement, on retrouve Paul Krugman, prix Nobel d’économie 2008 et éditorialiste au New York Times. Le président américain lui reproche d’avoir affirmé le jour de sa victoire à l’élection présidentielle « écrasante et historique » que « l’économie ne s’en remettrait jamais alors que le Dow Jones (indice boursier à New York) a atteint des records ».

Le classement a été directement mis en ligne sur le site du Parti républicain, avant que Donald Trump en face la promotion sur Twitter. Le trafic était tellement important sur le site qu’il a planté quelques minutes après son tweet.

 

Le préambule de cette liste assure que « 2017 a été une année de partialité acharnée, de couverture médiatique malhonnête et même de fausses informations éhontées. Des études ont montré que plus de 90 % de la couverture médiatique du président Trump est négative ».
Peu après la publication de cette liste, le président américain s’est exprimé via son compte twitter : « À part certaines couvertures médiatiques très corrompues et malhonnêtes, il existe beaucoup d’excellents journalistes que je respecte et beaucoup de BONNES NOUVELLES dont les Américains peuvent être fiers ! »

Les Républicains mécontents

Très peu de réactions ont émané du parti à la suite de cette nouvelle sortie peu présidentielle. L’agenda des parlementaires républicains est très chargé puisqu’ils doivent se mettre d’accord avant la fin de la semaine sur le budget fédéral pour éviter une procédure de « shutdown ». Seuls deux sénateurs se sont risqués à critiquer la liste de leur président. Ils sont montés au créneau pour condamner les « assauts » présidentiels répétés contre la presse.