Cinéma

“Donbass” : guerre non-linéaire pour 1er sensation cannoise ?

Donbass VL

Premier film projeté dans le cadre de la sélection « Un Certain Regard », Donbass (Sergei Loznitsa / Ukraine) mêle guérilla urbaine et théâtre grand-guignol.

Dans le Donbass, à l’est de l’Ukraine, une guerre hybride mêle conflit armé ouvert et saccages perpétrés par des gangs. Dans le Donbass, la guerre s’appelle la paix, la propagande est érigée en vérité, la haine prétend être l’amour.

 

Après Une Femme douce, fable kafkaïenne projetée l’an dernier en Compétition, Sergei Loznitsa nous revient cette année avec un véritable cocktail molotov.

Comment filmer la guerre civile ukrainienne, le fameux conflit au Donbass dont personne ne comprend véritablement les enjeux ? Comment rendre compte de cette lutte à mort sans passer pour un militant enragé de l’un des deux camps ?

Loznitsa choisit de trancher dans le vif en nous plongeant la tête la première dans un cauchemar burlesque et enfiévré. Le cinéaste ukrainien découpe son récit à la tronçonneuse en refusant toute narration linéaire. Donbass est à l’image du conflit qu’il dépeint : destructuré, absurde, vengeur et frénétique.

On en sort la tête comme une pastèque après deux heures d’explosions, de manipulations, de hurlements extatiques et de patates de forain dans la mouille.

Sergei Loznitsa fuit le consensus comme la peste. Son film sera détesté ou adoré, mais il ne saurait être compris. Il se situe au-delà de l’entendement, tout comme cette guerre qu’il est d’usage de qualifier “d’hybride”.

NOTE : 7/10

Related posts
À la uneCinéma

Top 5 des répliques cultes de La Cité de la peur

À la uneBrèvesCinémaMusique

Ennio Morricone : disparition d'une légende des musiques de film

Art / ExpoCinémaSéries TvSorties

"Les gendarmes crèvent l'écran. De Cruchot à Marleau" au Musée de la Gendarmerie Nationale

À la uneCinéma

Tout simplement noir : la bande annonce de la comédie événement de l'été

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux