Afin de lutter contre les actes antisémites notamment sur les réseaux sociaux, Éric Ciotti a déposé une proposition de loi. Il souhaite également durcir les sanctions sur les réseaux sociaux pour les injures liées à une appartenance religieuse.

Mercredi 20 février, le député LR des Alpes-Maritimes a annoncé avoir déposé une loi visant à lutter contre les actes et injures antisémites sur les réseaux sociaux. Éric Ciotti a par ailleurs déclaré : « L’autorité doit revenir à la tête de l’Etat. Il faut mettre fin aux petits renoncements et aux lâchetés coupables qui ont conduit à ces phénomènes. Ainsi, cette explosion des actes antisémites et l’impunité qui règne sur les réseaux sociaux doivent cesser immédiatement. Au-delà des manifestations et des déclarations d’intention, il est temps de modifier radicalement notre arsenal législatif pour mieux lutter contre ces phénomènes qui gangrènent notre République ».

Une carte d’identité pour se créer un compte sur les réseaux sociaux

Cela fait effectivement parti des propositions qu’a déposé Éric Ciotti au lendemain des rassemblements contre l’antisémitisme qui ont réuni des milliers de personnes à Paris et partout en France. Le député LR a soumis l’idée que toutes les personnes qui voudront se créer un compte sur les réseaux sociaux, devront présenter une carte d’identité ainsi qu’une déclaration de responsabilités. Ce après quoi il sera plus simple d’identifier les utilisateurs qui auront des propos injurieux envers une appartenance religieuse.

Ciotti vise les hébergeurs

Toujours dans le même but, le député des Alpes-Maritimes a également proposé que l’on s’inspire du « modèle Allemand », qui permet de bloquer ou retirer des contenues dans les 24 heures après leurs publications. Ce dernier souhaite aussi multiplier par 100 l’amende visant les hébergeurs tel que Facebook et Twitter qui ne respecteraient pas les obligations précédemment citées. Le montant de l’amende s’élèverai a 37.5 Millions d’Euros. Une somme d’argent importante qui se voudrait dissuasive d’après Éric Ciotti.

 

5 raisons d’utiliser un VPN