La tâche ne s’annonce pas simple pour les Rhodaniens englués dans une crise d’identité de jeu qui est profonde. La formation de Bruno Genesio reste sur un nul affligeant contre Bordeaux alors que l’équipe Girondine aurait dû l’emporter sur la terre olympienne. En Champion’s League, L’OL devra se rassurer et montrer un tout autre visage pour ne pas mettre en péril sa qualification et s’offrir un match de gala contre Manchester City.

Le théâtre européen, L’OL en a parfois eu besoin pour se redresser. Souvenons-nous en ce soir de septembre 2011 où les Rhodaniens s’inclinent sur leur pelouse de Gerland à l’occasion du centième derby contre Saint-Étienne. Jean-Michel Aulas est obligé de descendre devant les Bad Gones pour calmer la colère sur le club et Claude Puel. Quelques jours plus tard, L’OL s’impose en Champion’s League contre Tel Aviv.

Huit ans plus tard, L’OL concède le nul au Groupama Stadium avec un match assez mauvais de la part des coéquipiers de Nabil Fekir dont c’est le retour à la compétition. Un nul, quelques sifflets et JMA qui joue les pompiers de service devant les médias à quatre jours de la réception d’Hoffenheim pour le quatrième match de Champion’s League. Les Gones ont tout intérêt à l’emporter pour assurer leur qualification.

En Champion’s League, L’OL sait faire face à son destin

Les Gone sont déjà connus ce type de situation par le passé mais il serait bête de se mettre en danger contre les Allemands alors que Lyon a son destin en main. L’OL devra faire avec un effectif quasi complet seul Dubois pourrait être trop juste pour ce rendez-vous. L’olympien s’est entraîné en marge du groupe. L’OL serait bien inspiré de rembobiner la cassette de ses plus belles années en Champion’s League pour se rappeler des exploits qui ont fait son histoire. En s’imposant contre Hoffenheim mercredi soir, les Gones font un grand pas vers les huitièmes de finale qu’ils n’ont plus connu depuis février 2010 et une victoire contre le Réal de Madrid.