À la uneCultureMusique

French 79 : le phénomène électro français

French 79 ou Simon Henner, le dj marseillais entame depuis le mois d’octobre 2019 sa tournée Joshua. L’artiste se produit dans des salles mythiques tel l’Olympia en 2021. Il répond à nos questions.

Comment t’es-tu lancé dans la musique ?

J’ai commencé la musique quand j’étais petit au conservatoire à 6 ans. Puis j’ai arrêté pendant quelques temps avant de reprendre lorsque j’étais étudiant en me rachetant un piano. L’électronique est un style qui m’a toujours plu. J’ai plongé dedans avec le premier album des Daft Punk. Ça gravitait autour de moi alors je me suis lancé avec le pseudo French 79. C’est un nom qui faisait parti d’une petite liste où j’avais noté le French 75 en référence au cocktail et puis je l’ai finalement choisi.

Tu poses ton son ‘Between the buttons’ pour une pub Nike avec Mbappe, qu’est-ce que ça te fait ?

Ils m’ont appelé pour que je travaille avec eux sur la prochaine campagne de pub et ça me fait vraiment plaisir. C’est quand même une grosse marque de sport et c’est vrai que j’ai travaillé avec d’autres marques mais Nike propose un contenu un peu plus sexy on va dire. Et puis c’est une marque connue mondialement qui peut permettre de se dévoiler encore plus à l’internationale. Les Etats-Unis seraient un bel objectif dans ma carrière. Disons que c’est un pays qui a un marché déjà assez complet mais avec un projet de musique électronique française ça peut les intéresser.

Qui est ta plus belle rencontre dans le monde de la musique ?

Je rencontre beaucoup d’artistes sur ma route grâce à mon activité. Après en terme de collaboration et de complicité je dirais quand même que c’est Kid Francescoli qui m’envoie dans les studios, je fais ses albums, il écoute tout ce que je fais. Ça reste la personne avec qui j’ai le plus de complicité.

Un moment mémorable dans ta carrière ?

Ce qui m’a le plus marqué, il y en a beaucoup, disons que j’ai pas mal de souvenirs drôles et anecdotiques en Chine. Une tournée en Chine que j’avais fait où là on a des codes de la musique totalement différents. C’est vrai que c’est quand même surprenant et les concerts sont assez magiques parce que c’est la Chine et ils sont très nombreux donc ça donne des festivals où je joue devant 80 000 personnes. Ça commence à faire du monde ! C’était super vraiment après c’est un pays spécial en terme de musique, ils n’ont pas de vente d’album. Le streaming est différent et ils n’écoutent pas tout ce qu’on a en Europe par exemple. Quand on leur propose quelque chose de différent ils se révèlent friands de cet univers.

C’est quoi tes projets pour la suite ?

Alors on me pose souvent cette question. (Rire). Là c’est de la tournée en ce moment et elle vient seulement de démarrer, je fais ma troisième date là. Je me focalise surtout sur les lives et les concerts actuellement. Je vais devoir travailler et faire des ajustements. Le principal objectif c’est que la tournée se passe très bien. Le fait d’avoir une date à l’Olympia en 2021 c’est super pour moi et c’est un rêve pour tout musicien d’aller jouer dans une salle comme ça. Forcément c’est dans un an donc on verra bien. Je ne sais pas encore si je vais ressortir un EP mais je vais forcément avoir un peu d’actualité pendant l’année prochaine !

À lire aussi :

About author

Un intérêt tout particulier pour l'actualité et la culture
Related posts
À la uneCinémaCulture

"Borat", le journaliste Kazakh, est de retour sur nos écrans

À la uneActualitéFranceSanté

46 millions de français désormais touchés par le couvre-feu

À la uneActualitéCinémaCulture

La comédie de Dany Boon sur le confinement sera disponible sur Netflix

À la uneFrance

Le Général Pierre de Villiers annonce un risque de guerre civile

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux