À la uneMédiasMusique

Interview – Elsa Roses (The Voice 6) : « Je ne suis pas sûre de moi mais je suis sûre d’aimer chanter »

Alors que les auditions à l’aveugle de The Voice 6 touchent ce soir à leur fin, nous avons pu échanger avec Elsa Roses, jeune artiste remarquée qui a rejoint l’équipe de Zazie.

Il y a plusieurs manières de se faire remarquer dans The Voice : donner de la voix, avoir une vraie personnalité … ou avoir les deux. Elsa Roses n’a pas une voix ultra puissante comme on les entend souvent dans l’émission mais elle sait allier une très belle interprétation tout en douceur et un charme scénique indéniable. Alors que les auditions à l’aveugle s’achèvent ce soir, nous sommes revenus sur son parcours qui l’a menée à The Voice.

« Timide presque maladive, Elsa Roses adore chanter mais n’ose pas le faire en public, ni même en famille. C’est grâce à l’initiative de sa cousine qui a envoyé une vidéo de l’une de ses performances qu’elle participe à l’aventure The Voice 6 pour enfin dévoiler sa voix au grand public. Pour son audition à l’aveugle, Elsa Roses a décidé d’interpréter « Somewhere Only We Know » de Keane. Les Coachs finiront-ils par appuyer sur le buzzer pour essayer de l’intégrer à l’une de leur équipe ? »

Cela fait quelques mois que vous avez passé les auditions de The Voice mais comment vous sentez-vous après la diffusion sur TF1 ? 

Deux semaines avant la date de diffusion, j’ai commencé à stresser énormément et je me suis rendu compte que j’avais sans doute plus stressé pour la diffusion que pour les auditions elles mêmes.

Vous ne tournez pas les auditions par « émission » mais session ? 

C’est ça. Je savais que je passais dans les dernières sessions de tournage et que du coup, je ne passerai pas dans les premières émissions de la saison.

Est-ce que la nouvelle règle (qui impose que vous ne voyez aucun des coachs si personne n’appuie) augmente votre stress ? 

Cela a dû jouer pour certains sans doute mais j’étais de toute façon stressé par l’audition puisque c’était la première fois que je chantais devant des gens. J’étais en même temps tellement contente de le faire que le résultat m’importait peu. Je savais que j’allais tout à la fois « mourir sur scène » de trac et en même temps grandir avec cette expérience. Dans ma tête je me disais que peu importe qu’ils se retournent ou pas, l’expérience qui m’est donnée est énorme.

C’est votre cousine qui vous a inscrit aux auditions mais aviez pensé à faire The Voice? 

Mes parents, ma cousine m’en avaient déjà parlé plusieurs fois mais je n’ai jamais sauté le pas car je pensais que je n’avais pas ma place dans cette émission, que je n’étais pas au niveau. Et puis j’avais aussi mes études qu’il fallait poursuivre.

Vous aviez pensé à faire ce métier ? Car vous travaillez sur votre EP, vous avez une page Facebook qui est bien alimentée…

J’ai tout lancé en faisant les auditions à l’aveugle en novembre. Je ne voulais même pas au début créer une page Facebook. On a fini par la créer le 1er janvier avec dans l’idée d’avoir un support pour l’émission et pour la suite si suite il y a.

Les auditions se sont bien passées, voire très bien passées. Est ce que ça a débloqué l’envie d’en faire votre métier ? 

J’essaye surtout de garder les pieds sur terre pour ne pas tomber de haut après avoir rêvé trop haut. Mais c’est sûr que ça a changé ma perception et que je me dis que peut-être c’est possible oui, de faire un peu plus de musique avec un peu plus de monde. C’est vrai que ça donne envie. Je ne base pas encore ma vie dessus mais on se sent plus proche de cette finalité là.

Est ce que vous aviez une idée avant de passer l’audition du coach que vous souhaiteriez voir se retourner ? 

J’étais déjà gagnante si un coach se retournait. Maintenant si plusieurs se retournaient, je m’étais dit que ça se jouerait entre Florent Pagny et Zazie, deux artistes que j’admire énormément. Florent Pagny chante admirablement bien et Zazie a composé de sublimes chansons. Je sais que ces deux artistes auraient beaucoup à m’apprendre, moi qui n’ai jamais pris de cours à ce jour. Matt Pokora c’est différent, j’ai eu 10 ans et comme toutes les jeunes filles, j’ai été fan de lui. Mais c’est plus vers l’univers de Florent ou Zazie que je voulais aller. Je ne vise pas particulièrement à faire de grands shows avec de la danse mais plus des ambiances guitare voix. Je n’ai pas une voix puissante et les artistes qui m’ont inspirés ont un vrai univers et une identité vocale particulière comme Tracy Chapman ou Norah Jones.

Quand on pense à une participante de The Voice timide, très réservée ce que tu étais, on pense à Louane qui a eu un joli parcours. Sans viser la même carrière mais c’est un modèle qui motive ?

Louane était encore plus jeune même et avait aussi peu d’expérience que moi. C’est un modèle de parcours indéniable et pas déplaisant du tout de se dire que l’on peut faire un parcours comme elle.

Peu importe que vous alliez ou pas au prime en direct, vous sentez-vous maintenant légitime pour faire ce métier ? 

Disons que j’ai passé le test de chanter derrière 4 professionnels du métier et devant des millions de téléspectateurs, et de voir les retours très positifs que j’ai eu. Ça a incontestablement boosté la confiance en ce que je fais pour avoir envie de continuer. Je ne suis pas sûre de moi mais je suis sûre d’aimer chanter.

A lire aussi : Manoah (The Voice) : « Ma rencontre avec Zazie a été fabuleuse »

About author

Rédacteur en chef du pôle séries, animateur de La loi des séries et spécialiste de la fiction française
Related posts
À la uneÉtudiantMédias

Qui est Lev Fraenckel, le prof de philo qui cartonne sur Tik Tok ?

À la uneSéries Tv

Les amateurs : la saison 2 arrive déjà sur Disney+

À la uneCinémaPeople

Qui est Aaron-Taylor Johnson, l'acteur bien placé pour devenir le prochain 007 ?

À la uneSéries Tv

Les disparus de la forêt noire : première bande annonce pour la série de TF1

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux