Savons-nous vraiment ce qu’il y a dans nos assiettes ? Les produits que l’on achète sont-ils vraiment bons pour la santé ? Une nouvelle application gratuite est née pour y répondre, « Yuka » (disponible sur IOS et Android).

Après les scandales sanitaires en tout genre, les changements de pratiques alimentaires, les Français font de plus en plus attention à ce qu’ils mangent. Seulement jusqu’à aujourd’hui, aucune application ne nous permettait de réellement décrypter tous les aliments industriels. « Yuka » c’est une nouvelle façon de faire ses courses. Déjà plus d’1,3 millions d’utilisateurs sont séduits.

 

 

Qu’est-ce que c’est et quelle est cette nouvelle méthode de notation ?

« Yuka » regroupe tous les produits que l’on retrouve au supermarché. Il vous suffit de scanner les articles grâce à leurs codes-barres et « Yuka » se charge du reste ! La notation se base sur trois critères : la qualité nutritionnelle (quantité d’énergie, de graisses saturées, de sucres, de sel, de fruits et légumes, de fibres et de protéines), la présence d’additifs (qui se base sur « le nouveau guide des additifs » paru en mars 2017 réalisé par des journalistes scientifiques et un docteur en pharmacie et nutritionniste) et la dimension biologique (les produits considérés comme biologiques, c’est-à-dire qu’ils disposent du label français AB ou BIO).

  

« Yuka » classe ensuite ces produits en « Excellent », « Bon », « Médiocre » et « Mauvais » et suit uniquement la méthode écrite ci-dessus. « Yuka » précise dans sa méthode de notation qu’« en aucun cas, ces adjectifs ne se réfèrent au produit directement ». Après avoir scanné, l’application donne une note sur 100 accompagnée d’un code couleur. « Vert » pour « Excellent » et « Bon » (de 50 à 100), orange pour « Médiocre » (en dessous de 50 jusqu’a 25) et rouge pour « Mauvais » (en dessous de 25).

Lorsque l’article que nous avons scanné est considéré comme « médiocre » ou « mauvais » par l’application, il nous propose un article alternatif. Généralement d’une autre marque, « Yuka » choisit pour nous un produit « Bon » ou « Excellent » de la même catégorie, mais ne prends pas en compte les prix.

 

 

Par exemple, un pot de Nutella d’une valeur de 100 grammes est « Médiocre » et obtient une note de 30/100. Le principal défaut concerne les « Graisses Saturées » (10,6g, la limite étant fixée à 4 pour être dans la catégorie « Bon »), trop de « Sucre » (56,3g, la limite étant à 18 pour être dans la catégorie « Bon ») et « un peu trop calorique » (539 kCal pour une limite de 360 kCal pour être dans le « Bon).

Le Nutella a tout de même des qualités comme : « Quelques protéines », « Peu de sel », « Aucun additif à éviter ». L’application propose donc un produit alternatif « Excellent » : cinq produits dont la purée de châtaigne d’Ardèche nature de la marque Priméal, qui obtient la note de 100/100.

 

 

A LIRE AUSSI : Fornite : pourquoi la version mobile du jeu ça cartonne ?

Une application neuve, en cours de progression

Lors de mon essai de l’application, j’ai trouvé quelques articles qui n’étaient pas référencés. Depuis Janvier 2017, « Yuka » ne cesse de réussir et de grandir. Avec tous les produits qui nous entourent, difficile de pouvoir tous les connaître. C’est le défi de l’application, et quoi de mieux que les utilisateurs eux-mêmes pour les découvrir.

Si un article n’est pas référencé, il vous suffit de rentrer vous-même les données de l’étiquette au dos de l’article et l’application vérifiera elle-même sous quelques jours.

Scanner pour trouver le meilleur produit en deviendrait presque additif. Alors à vos scanners, il est temps de manger d’« Excellent » aliments industriels !