Compte Instagram pour tous les goûts, et surtout toutes les sexualités, Jouissance Club a forcément quelque chose pour vous. « Tuyaux sexuels pour amants créatifs », voilà le slogan, mais au-delà des conseils, c’est une toute nouvelle forme d’éducation à la sexualité qui est proposée. On vous raconte tout ça, interview à l’appui.

View this post on Instagram

Je n’ai pas l’habitude de vanter les mérites des sextoys mais il fallait que je vous parle du @womanizerglobal parce qu’à l’heure qu’il est, ma chatte pleure encore de joie. Voyez vous, je fais une dépression depuis quelques mois et mon enfoiré de clito s’est tout bonnement barré et a emporté avec lui l’envie de me branler et toutes les sensations de plaisir qui vont avec. Et puis j’ai testé ce bidule. Pour ceux et celles qui ne connaissent pas le womanizer, c’est un peu comme un aspirateur à clitoris. Ça fait frémir dit comme ça mais jai pas de meilleure métaphore. J’ai posé sa ventouse charnue sur mon gland tout rabougri et en quelques minutes l’affaire était réglée…BIM J’AI JOUI COMME UNE ADO! La succion procure une sensation plutôt différente de la masturbation habituelle, c’est vraiment michto. Ps: l’abus de vibrations ou de ce joli engin peut désensibiliser votre clitoris alors allez y mollo mes cochon/nes ! 💰Ce post n’a pas été rémunéré.

A post shared by Jouissance Club (@jouissance.club) on

Pourquoi vouloir éduquer à la sexualité ?

« Dans la vie j’ai eu très peu de bons amants (…), puis un jour on me demande où se trouve telle zone, je fais un dessin, et c’est parti de là. » Explorer son corps, celui de l’autre et pimenter la vie sexuelle, en toute sécurité. Des intentions au cœur de la démarche de Jouissance Club, qui veut mener au dialogue mais surtout à la connaissance de soi, pour dé-tabouiser le sujet. Comme indiqué, la problématique principale est personnelle; le manque d’information sur quoi faire dans le contexte intime mène malheureusement souvent à la déception d’un, ou des deux partis (ou même plus, selon votre type de rapports). L’an dernier, l’entreprise Durex, a fait une étude avec des résultats clairs; une personne sur 10 simule pendant l’acte sexuel !

Résoudre totalement le problème ? Compliqué, Jouissance Club déplore surtout un manque de communication lié à la sexualité.

« C’est un sujet un peu délicat, surtout quand on est une fille », les pressions religieuses et sociales qui existent encore aujourd’hui ont une influence sur les femmes. Non seulement elle mènent à une honte face au fait d’avoir plusieurs partenaires, mais surtout à ne pas en parler. La masturbation reste encore le tabou ultime. La dédramatisation de ces sujets est profondément ancrée dans les problématiques actuelles, il existe par exemple l’application HappyPlayTime qui veut apprendre aux personnes dotées d’un vagin comment faire, à travers des mini-jeux.

View this post on Instagram

Pas facile de tomber sur un bon partenaire qui semble comprendre notre corps et qui sait où et quand toucher pour atteindre l’orgasme. Mais connaissons nous vraiment notre propre corps ? Je te propose de prendre le temps de te découvrir et de te mettre des doigts pour voir quels points sont sensibles chez toi, et surtout pour comprendre ton anatomie. 🔬 Tu peux aussi prendre un gode et tester tout un tas de choses…🍆 Le but étant de mieux te connaître pour mieux guider l’autre. Parce que si tu ne sais pas ce que tu aimes, imagine que ton partenaire le sait encore moins ! Le sexe féminin a été un mystère jusqu’à présent, apprenons à le découvrir ensemble, hommes et femmes…Faisons la paix ❤️ Et surtout COMMUNIQUONS ! . En faisant cette expérience j’ai répertorié 7 points de plaisir différents chez moi. Et toi, tu en comptes combien ? 💌 ———— . It's not easy to find a good partner that's seems to understand our body, to know where and when to touch to make us achieve orgasm. But do we really know our own body ? I'm suggesting that you take the time to discover yourself and use your fingers to figure out which point are most sensitive but mostly for a better understanding of your anatomy 🔬 You can also use a dildo and try a lot of things… 🍆 The goal being to fully understand yourself so that you know how to guide your partner. Because if you don't know what you like, you can imagine that your partner knows even less ! The female sex was a mystery until recently, let's learn to discover it together man and women… Let's make peace ❤️ But most of all let's communicate ! By experimenting, I've discovered 7 pleasure points. What about you ? How much can you count ?

A post shared by Jouissance Club (@jouissance.club) on

Censure et mœurs; une inquiétude constante?

En voyant le travail de Jouissance Club, on se demande très vite si les plus sensibles et réfractaires à l’idée de parler de sexualité se manifestent.  «J’ai eu un hater, mais c’était limite mignon et j’ai aussi eu des messages parfois désagréables de personnes qui ne comprennent pas la démarche, mais en général ça se passe bien», pas de vrai inquiétudes mais un problème pris avec humour, il ne s’agit pas d’un public majoritaire.

Malgré tout, elle a pu remarquer que certaines filles qui commentent sur ces posts se font ensuite approcher par beaucoup d’hommes, pas vraiment bienveillants, qui les croient ouvertes aux propositions. Le problème d’un réseau comme Instagram est que l’on ne peut pas contrôler son public, ou ce qu’il fait des posts. «Je sais qu’il y a encore plein de bollosses qui me suivent pour pécho, mais je peux pas faire grand chose contre», en effet, à part les bloquer ou les signaler, il y a peu de moyens de se battre.

En début d’année, avec à peu près 8000 abonnés, son compte est supprimé, sûrement après une plainte. « Je m’attends toujours à me réveiller le matin et que ça soit plus là...Je vis avec une épée de Damoclès sur le front ! » l’autrice en rit quand même, mais c’est une vrai inquiétude pour les créateurs. Aujourd’hui, le compte a presque 75 000 abonnés, joli pied de nez aux détracteurs.

Instagram est un réseau habitué de ce type de censure, surtout auprès des photographes pour qui, à la moindre apparition d’un organe génital ou d’un sein (féminin), la menace de suppression plane dans l’air. Hors de la censure faite par le réseau, il y a aussi les signalements qui peuvent très vite avoir un effet boule de neige. Arvida Byström, photographe, en a même fait un livre; Pics or It Didn’t Happen: Images Banned From Instagram, qui regroupe toute ses photos supprimées par le site.

« J’essaie de parler de sexualité, et puis d’éduquer, avec bienveillance »

Mot d’ordre de ce compte , la bienveillance, pour que chacun puisse prendre du plaisir seul ou à plusieurs, dans la joie et la bonne humeur. Si vous voulez rire, apprendre et devenir un meilleur coup, on vous conseille vraiment Jouissance Club, grand favori de nos cœurs, et nos corps !

 

A lire aussi: Top 6 des fantasmes des français

A lire aussi: Vidéo. 7 choses que vous ne saviez (peut-être) pas sur les MST