Défilé du 14 Juillet et Finale de Coupe du Monde. Le week-end sera riche et espérons-le joyeux. Néanmoins, il ne sera pas pour tout le monde puisque 110 000 forces de l’ordre seront mobilisées pour assurer la sécurité.

Le week-end est toujours attendu par tous, mais celui du 14-15 Juillet le sera d’autant plus. Samedi vibrera au son du défilé, dimanche se soulèvera et chantera pendant la finale de la Coupe du Monde. A cette occasion, le ministre de l’intérieur, Gérard Collomb a annoncé le déploiement de 110 000 forces de l’ordre afin de permettre le bon déroulement de ces deux événements dans toute la France. En parallèle, 44 000 sapeurs-pompiers seront mobilisés pour prendre en charge tout incident.

« C’est un dispositif d’ampleur exceptionnel. On ne peut pas mobiliser plus que ce que nous mobilisons ce week-end » a expliqué le ministre de l’intérieur.

Paris sous haute tension

Sur les 110 000 gendarmes et policiers, 12 000 seront mobilisés sur la région parisienne. La capitale a d’ailleurs annoncé qu’une fan-zone d’une capacité avoisinant les 90 000 personnes serait ouverte sur le Champ-de-Mars.

La Tour Eiffel, collée au Champ-de-Mars, sera fermé le dimanche pour des raisons de sécurité. Si tout le monde souhaite la victoire de l’équipe de France, n’importe quel citoyen a en mémoire les attentats commis en France récemment et se devra d’être vigilant.

Si la France venait à remporter la finale, dimanche, un nouveau rassemblement populaire devrait s’opérer pour célébrer la victoire sur les Champs-Elysées. Le préfet de police de Paris, Michel Delpuech a déclaré que la préfecture ferait en sorte « d’interdire la circulation de tout véhicule dans un vaste périmètre » autour de la plus belle avenue du monde. En cas de victoire, les autorités attendent 1 million de personnes sur les Champs-Elysées.

Mardi, lors de la victoire en demi-finale contre la Belgique (1-0), les français s’étaient déjà retrouvés sur les Champs-Elysées pour fêter la qualification. Seul point noir à cette soirée : les tensions entre quelques individus et les forces de l’ordre provoquées par des jets de projectiles et la riposte de gaz lacrymogènes.

À lire aussi : Équipe de France : À un orteil de la deuxième étoile