ActualitéFemmesMédiasPolitiqueSociété

Le mot « Féminicide » bientôt dans le code pénal ?

Depuis janvier 2019, 137 femmes ont été assassinées du fait de violences conjugales. La lutte contre ce phénomène de société se médiatise et souhaite se concrétiser par une entrée dans le code pénal. ONU Femmes France milite pour faire entrer le mot féminicide et ses significations dans la loi. 

Feminicide, un mot tabou ? 

Le terme féminicide désigne l’ensemble des violences orchestrées à l’encontre des femmes. Des violences toutes ciblées : conjugales, morales, sexistes dont l’issue la plus fatale est la mort. Au cœur des débats publiques, le féminicide longtemps relayé dans les médias comme un fait divers ou crime passionnel veut plus que jamais se faire reconnaître. Au sein du gouvernement, plusieures initiatives ont été prises dont un grenelle soutenu par la secrétaire d’état Marlène Schiappa. 

Crédit : @noustoutesorg (Instagram)

Dans le but de renforcer leur actions, l’association ONU Femmes France attaque fort en demandant l’intégration du féminicide dans la loi. Une proposition qui reçoit toute de même un accueil mitigé venant du secteur juridique. Les questions que soulèvent cette dernière sont recevables : Un meutre n’est t-il pas un meutre ? Est t-il nécessaire de genrer les violences perpétrées envers autrui ? La justice n’est t-elle pas impartiale et neutre ? Beaucoup d’associations militantes féministes soutiennent cette idée et encouragent la population à concrètement réfléchir aux problèmes et mesurer la gravité du phénomène. 


Une occasion à saisir pour un énième coup de gueule 

Le 25 novembre débutera la campagne mondiale de mobilisation contre les violences faites aux femmes et aux filles. Durant une période de 16 jours, dans de nombreux pays, les militants manifesteront pour faire entendre leur voix et espérer des changements conséquents. Nommé, Orange Day, cet événement mondial ne manquera pas de faire parler de lui en France. Les associations motivées à faire remonter leur revendications au plus haut profiteront de l’événement pour atteindre leur objectif. Un objectif qui vise à lutter contre la banalisation d’actes qui semblerait causés chaque année de plus en plus de victimes. 

Campagne de communication #OrangeDay soutenu
par des médias participants.
credits (onufemmes.fr)

Les Réseaux sociaux, l’arme la plus efficace 

« L’union fait la force » proverbe bien connu. C’est sur cette vague que ONU Femmes France souhaite premièrement mener son combat. Les réseaux sociaux tels que Twitter, FaceBook ou Instagram sont les plus solicités pour faire vivre le mouvement. Couvert sous l’hashtag #LeFeminicideDansLaLoi, l’ONU Femmes France selon les propos de Céline Mas, la présidente souhaite faire réagir :«  Plus personne aujourd’hui ne peut ignorer l’ampleur du phénomène. Chacun.e d’entre nous peut connaître dans son entourage une femme menacée. Il est inhumain qu’à notre époque, des femmes risquent leur vie parce qu’elles sont femmes. Faire reconnaître le féminicide dans la loi est une étape absolument fondamentale dans la quête de justice. »

Crédit : @ONUFemmes (Twitter)

À lire aussi : « Vivre à la rue. On en meurt. » La nouvelle campagne de la fondation Abbé Pierre.

About author

« Aimer le journalisme, c’est aimer son quotidien et pas seulement ses exploits » - Michel Field
Related posts
À la uneBrèvesMédias

Le Cas Pucine remporte La France a un incroyable talent

À la uneActualitéFootSport

Ligue des Champions : Lyon arrache la qualification

À la uneActualitéFranceSociété

Un rugissement solidaire pour le 2e jour de mobilisation

À la uneActualitéBrèves

Bordeaux : une femme transgenre jetée par-dessus une rampe de parking

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux