Séries Tv

On a vu pour vous… les deux premiers épisodes de Maroni, attendue pour 2018

La nouvelle mini série événement de Arte, Maroni, attendue pour 2018, est présentée en avant première au Festival de la Fiction TV de la Rochelle. On les a vu pour vous.

C’est quoi Maroni ? Chloé est une jeune gendarme fraîchement débarquée en Guyane. Dépêchée auprès de la police de Cayenne, elle se retrouve à faire équipe avec Dialio, un policier guyanais à la personnalité tourmentée. Malgré leur antipathie réciproque, les deux coéquipiers sont très vite amenés à enquêter sur le meurtre sauvage d’un couple de métropolitains. L’urgence est d’autant plus grande à retrouver le criminel que le fils des victimes, un jeune garçon de 9 ans, a disparu…

Le duo de flics, modèle inéluctable des séries policières françaises ?

Nouvelle mini série policière (4 x 52 minutes) dont l’action prend place en Guyane, Maroni réutilise le modèle éculée de la série policière comme la voit par chez nous : le duo de flics, si possible opposés mais qui vont se rapprocher. Dans des registres très différents, un (trop) grand nombre de nos séries le met en scène depuis 10 ans (sans préjuger de la qualité des projets bien entendu) : Caïn, Candice Renoir, Chérif, Duo, Tandem, Jour Polaire, jusqu’à la nouvelle série de France 2, L’art du crime. Avec ou sans attrait amoureux / tension sexuelle, il y a une volonté manifeste de s’appuyer, quitte à l’user jusqu’à la moëlle, sur un concept qui a fait ses preuves. Et quand on regarde Maroni, Stéphane Caillard (La vie devant elles) comme Adama Niane (La mante) auraient très bien pu porter la série seuls. Mieux, faire confiance pour incarner un personnage central d’une série à un ou une comédienne peu exposé dans ce registre, aurait été vraiment très salutaire de la part d’une chaîne comme Arte. Car si le duo est agréable à suivre, il n’est pas primordiale dans ce que l’on voit de Maroni. Comme si un modèle ne suffisait pas, Maroni s’appuie également sur le modèle initié entre autre par Bron : le duo d’enquêteurs qui culturellement s’oppose, l’un et l’autre ne se comprenant pas, enfin pas tout de suite (repris dans Tunnel ou Jour Polaire). Ce qui est en revanche intéressant ici c’est de voir deux personnes qui ne se comprennent pas nécessairement culturellement au sein du même pays.

Maroni demeure pourtant efficace et addictif

Comme on l’a dit, reprendre un modèle éculé ne veut pas dire faire une mauvaise série. C’est juste ne pas être surpris par le postulat de départ (comme ici le meurtre violent sur le voilier, qui n’a rien à envier à la scène d’ouverture sur l’hélicoptère dans Jour Polaire). Mais Maroni est très bien écrit et nous offre une histoire complexe, qui nous emmène dans les bas fonds de la Guyane, ses mythes et croyances, mais également sa détresse, sa pauvreté aussi. La menace, partiellement ressentie dans ces deux premiers épisodes, demeure fantôme (pour l’instant), même si l’ombre d’un puissant prédateur, lié au passé d’un des personnages principaux, nous laisse présager le meilleur pour la suite de la série.

Y compris dans ce qu’elle a de plus terribles sur la condition de certains de ses habitants, la Guyane est superbement mise en scène par Olivier Abbou qui sait en faire un personnage central, voir LE personnage principal.

Enfin, si on prend plaisir à retrouver Stéphane Caillard (une de nos comédiennes préférées), il convient de saluer la remarquable prestation de Adama Niane qui excelle dans le rôle de ce flic sombre qu’est Dialio.


Bilan : malgré un postulat de départ déjà vu, Maroni tire son épingle du jeu par un scénario solide et prenant qui ne peut que captiver. Reste à savoir où la série va nous emmener dans la seconde partie du récit.

A lire aussi : Coup de cœur – On a vu vous pour vous … Quadras, bientôt sur M6 

ARTE
Série – 4 x 45’
Production : MADEMOISELLEFilms (Aurélie Meimon), LOVEMYTV (Noor Sadar)
Réalisation : Olivier Abbou
Créateur de l’oeuvre : Aurélien Molas
Scénario : Aurélien Molas
Compositeur : Clément Tery
Directeur artistique : David Bersanetti
Directeur de la photographie : Julien Meurice
Chef décorateur : Serge Fernandez
Ingénieur du son : Jérôme Pougnant
Monteur : Benjamin Favreul
Aides : CNC, Collectivité Territoriales de Guyane, CNES, Ministère des Outre-mer
Distribution : Stéphane Caillard, Adama Niane, Issaka Sawadogo, Jérémie Laheurte, Alex Descas

About author

Rédacteur en chef du pôle séries, animateur de La loi des séries et spécialiste de la fiction française
Related posts
À la uneActualitéSéries Tv

Une adaptation en série de Flashdance sur CBS All Access

À la uneCulturePop & GeekSéries Tv

Jared Leto reprend son rôle du Joker pour Zack Snyder

À la uneMédiasSéries Tv

Le chiffre média du jour : quel score pour le retour de Dix pour cent ?

BrèvesSéries Tv

Coronavirus : Laura Farrugia remplace Malika Alaoui (Mila) dans Plus belle la vie

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux