ActualitéSanté

Un patch développé comme alternative au vaccin contre la grippe pour les phobiques des piqûres

Les victimes de la bélonéphobie (la peur des aiguilles) sont très nombreuses. Certaines évitent donc à tout prix les injections. C’est pourquoi, des scientifiques de Emory University et de Georgia Institute of Technology ont développé un patch comme alternative au vaccin contre la grippe.

 

L’US National Institues of Health a décidé de financer la recherche des scientifiques de Emory University et Georgia Institute of Technology. De ces recherches est né un patch sans douleur à coller sur son bras qui délivre le vaccin dans le peau. Il contient une centaine de minuscule micro-aiguilles aussi fines qu’un cheveu et il suffit de coller le côté adhésif et d’attendre que le produit pénètre dans la peau. On peut ensuite le jeter à la poubelle et les micro-aiguilles disparaissent. C’est si simple qu’on peut le faire soi-même. Le patch a déjà passé d’importants essais de sécurité sur des volontaires.

 

Adieu les injections

Cette invention devrait inciter plus de personnes à se faire immuniser, mais surtout ceux qui ont peur des piqûres. Contrairement au vaccin contre la grippe standard, celui-ci n’a pas besoin d’être conservé au frigo. Les pharmacies pourraient donc stocker les patchs sur des étagères et on pourrait se les procurer facilement.

Les volontaires qui l’ont testé ont assuré qu’ils le préféraient aux injections. Le patch offre la même protection que le vaccin normal, mais en y soustrayant la douleur. Il ne perce que les couches supérieures de la peau alors qu’une injection normale est insérée totalement jusqu’au muscle. Le chercheur principal, Professeur Mark Prausnitz, qui fait partie de l’entreprise qui veut breveter cette technologie, a déclaré : “si vous zoomez au microscope, vous verrez des petites aiguilles microscopiques. Elles percent la peau sans douleur.”

Son équipe a testé le patch en même temps que les injections normales. Certains des 100 volontaires ont reçu le vaccin normal, tandis que les autres ont appliqué le patch sur leur poignet pendant 20 minutes.

La plupart ont affirmé qu’utiliser le patch était indolore. Cependant, certains ont déclaré avoir fait l’expérience de certains effets secondaires : leur peau était un peu rouge, grattait ou était sensible là où le patch avait été appliqué. Ces symptômes ont disparu touts seuls après quelques jours.

 

Facile à utiliser

Les experts pensent que le patch pourrait être une révolution dans la façon de se faire immuniser, même si plus de tests sont nécessaires dans les années à venir afin que cette technologie soit approuvée et utilisée à plus grande échelle.

Pour le Docteur Nadine Rouphael, de l’Emory University, “on pourrait envisager la vaccination à la maison, au travail ou même par courrier”. Il peut même être conservé un an sans avoir besoin d’être placé au frigo. Cela pourrait donc être extrêmement utile pour les pays en voie de développement.

Cela permettrait donc d’administrer des vaccins facilement, sans injection et sans douleur. Une technologie avait d’ailleurs été développée pour les enfants : un spray nasal est utilisé à la place de l’aiguille pour administrer le vaccin contre la grippe en Angleterre.

Bonne nouvelle donc non seulement pour les phobiques des piqûres mais également pour ceux qui souffrent d’asthme et les personnes âgées à qui on recommande très fortement de se faire immuniser contre la grippe.

Related posts
À la uneActualitéCinéma

Qu’est ce qu’on appelle “la chronologie des médias”

À la uneActualitéFaits DiversFrance

5 éléments pour comprendre … l’affaire Nordahl Lelandais

À la uneActualitéSanté

Qu’est-ce qu’on appelle « effet nocebo » ?

À la uneActualitéCulturePop & Geek

Exploding Kittens, encore mieux dans son édition Festive ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux