À la uneActualitéEnvironnementInternational

Pollution marine sur la côte algérienne : 200 baigneurs intoxiqués

Ce dimanche 4 juillet, près de 200 personnes ont été hospitalisées en raison d’une intoxication causée par la pollution marine. Entre mise en cause d’un cargo tanzanien et hypothèse d’une cyanobactérie, les autorités hésitent sur la cause de ces intoxications.

200 baigneurs affectés

Comme le rapporte Le Figaro, le préfet de Chlef, Lakhdar Seddas, a annoncé que près de 200 personnes avaient été victimes de malaises après s’être baignées au large de Ténès, ville côtière située au nord-ouest de l’Algérie. Évanouissements, nausées, fièvre, rougeurs aux yeux … Les autorités ont dû procéder à l’évacuation de ces baigneurs vers l’hôpital de Zighoud Youcef afin de les prendre en charge.

Si aujourd’hui, tous ont pu sortir de l’hôpital, la préfecture de Chlef cherche à comprendre la cause de cet incident.

Une enquête ouverte par la wilaya (préfecture) de Chlef

Immédiatement, le procureur général du tribunal de Chlef a demandé l’ouverture d’une enquête. Les autorités ont fait appel à des agents de la Protection civile afin de réaliser des prélèvements sur le terrain. Cependant, 36 d’entres eux auraient également été intoxiqués après être intervenus sur le terrain. En parallèle, la délégation du ministère de l’environnement a réalisé plusieurs prélèvements d’air et d’eau aux abords de Ténès pour procéder à des analyses. 

Pour l’heure, la préfecture a pris la décision de fermer plusieurs plages concernées ainsi qu’une station de dessalement locale afin d’éviter d’autres intoxications.

La piste de la fuite de gaz favorisée par les autorités

À l’heure actuelle, deux pistes sont soulevées par les autorités pour expliquer l’origine de cet incident. 

La première, jugée comme la plus probable, serait celle d’une intoxication due à une fuite de gaz en provenance d’un cargo. Le responsable : le cargo tanzanien Barhom II, destiné au transport de bétail, appareillé au port de Sète (dans le sud de la France) et arrivé au port de Ténès le dimanche 4 juillet. Comme le rapporte Le Parisien, le docteur Nasreddine Benkartalia a ainsi expliqué que ces baigneurs auraient « inhalé un gaz qui s’est vite propagé à la faveur du vent ayant soufflé durant tout l’après-midi du dimanche ».

Une autre piste soulevée par les experts : le développement de microalgues toxiques

Autre hypothèse soulevée par les autorités : celle d’une intoxication due à une microalgue invisible à l’oeil nu nommée Ostreopsis Ovata.

La prolifération de cette algue, nocive pour les humains, serait pour sa part une conséquence du réchauffement climatique. Comme l’explique la Surfrider Foundation Europe, le réchauffement climatique, à l’origine d’une modification de nombreux écosystèmes marins, ainsi que le transport maritime auraient favorisé l’apparition de cette microalgue dans la mer Méditerranée, où elle était pourtant absente auparavant. Les changements de température ou encore de la teneur en CO2 de l’eau auraient permis la création d’un environnement favorable au développement de cette algue.

Le professeur Réda Djebar alerte sur des incidents similaires s’étant précédemment produits dans le bassin méditerranéen. L’enseignant-chercheur en sciences biologiques à l’USTHB soutient ainsi que ces algues pourraient bien être à l’origine de ces intoxications.

À lire aussi : Glissement de terrain au Japon : le bilan s’alourdit

About author

Journaliste
Related posts
À la uneCulturePop & Geek

Un énorme Escape Game sur Batman arrive en 2022

À la uneMédias

Miss France 2022 : Jean-Pierre Pernaut présidera le Jury

À la uneActualitéInternational

États-Unis : Le Pentagone ouvre un bureau dédié à l'analyse des OVNIS

À la uneSéries Tv

Split : Iris Brey (Sex and the series) écrit et réalise sa série pour Canal+

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux