Economie

Pourquoi il est nécessaire de prendre une assurance crédits-entreprises ?

Toute entreprise impliquée dans des transactions avec des tiers est exposée au risque d’impayés. Cette situation est redoutée par les professionnels, mais elle arrive souvent. Le dirigeant d’entreprise doit donc en prendre conscience pour l’éviter du mieux qu’il peut et prendre les mesures nécessaires lorsque cela surviendrait. Le coût des impayés pour une entreprise est très important. Pour limiter les conséquences des factures commerciales non payées, la souscription d’une assurance-crédit d’entreprise est généralement recommandée.

Toutefois, une telle solution ne manque pas d’impacter les ressources financières de la structure. Lisez ici l’essentiel à savoir sur les coûts des impayés et de l’assurance-crédit pour une entreprise en vue de faire les bons choix.

Le coût des impayés pour une entreprise

Les impayés sont hypothétiques pour les entreprises, générant pour celles-ci un manque à gagner et des dépenses considérables.

Quelques données sur les impayés en France

Une vue globale des conséquences financières des créances impayées sur les entreprises en France permet d’avoir une idée de la récurrence et de la gravité de ce risque. D’après une étude réalisée en 2018 par le groupe média spécialiste de la finance Agefi, 56 milliards d’euros sont perdus par les entreprises françaises chaque année à cause d’impayés. Cela équivaut à 2 % environ du PIB du pays. Selon d’autres organismes d’assurance, il n’y a que 10 % de chances pour qu’une créance de plus de 8 mois soit soldée.

L’organisme estime que si les créances étaient payées à bonne date, 12 milliards d’euros constitueraient la trésorerie libérée tous les ans. Seulement 2 milliards d’euros sont recouvrés comme créances en France par an. Évidemment, cette situation crée d’importants problèmes financiers aux entreprises. Plus de 25 % des procédures collectives sont causées par les impayés et les retards de paiement. Ces données ne reflètent que sommairement ce que vivent les entreprises du fait des défauts de paiement.

Le coût des impayés peut varier d’une structure à une autre, mais toujours est-il que cela impacte sévèrement les créanciers. Les chiffres montrent que les recouvrements de créances sont peu efficaces pour faire face aux factures non payées. L’option d’une assurance-crédit s’avère incontournable pour limiter au maximum les conséquences des impayés. Malgré son coût, cette solution permet d’éviter bien des problèmes financiers susceptibles de conduire à une procédure collective.

L’impact des impayés sur les ventes : le coût de la sinistralité

Un impayé coûte à l’entreprise plus que le montant nominal qui lui est dû. Les impayés vous obligent à augmenter de façon exponentielle votre chiffre d’affaires si vous voulez les combler. Il est très difficile, voire impossible pour une entreprise d’élever ou de maintenir son niveau de croissance en cumulant les impayés.

En matière de défaut de paiement, le coût de la sinistralité équivaut principalement à la différence entre le montant des créances recouvrables et le montant des créances effectivement recouvrés. Cela correspond aussi à l’effort commercial que vous devrez fournir pour compenser les pertes. Le coût de la sinistralité est fonction de la rentabilité des produits ou services vendus. Moins la rentabilité est élevée, plus l’effort commercial est important.

Par exemple, si vous avez une créance de 2 000 euros sur une vente ayant une marge de bénéfice 10 %, il vous faudra effectuer 20 000 euros de ventes supplémentaires afin de compenser la charge causée par l’impayé (soit 2 000 x 100/10). En revanche, si la marge de bénéfice est de 5 %, le coût de la sinistralité sera alors de 40 000 euros (soit 2 000 x 100/5). L’impact des impayés sur les ventes est si sévère qu’en dépit de vos performances commerciales, vous ne sauriez éviter les pertes financières. L’idéal est de les anticiper en mettant en place une politique de gestion de l’entreprise en cas d’impayés.

Les frais bancaires dus à la situation d’impayés

La gestion des impayés, indispensable, implique des frais que l’entreprise devra supporter. Pour continuer à faire fonctionner votre structure, vous êtes censé faire appel à la banque. Les services que rend cet établissement génèrent des frais inévitables. La somme des commissions bancaires pour faire face à la situation d’impayés n’est souvent pas négligeable, surtout pour une structure en difficulté. En effet, les charges financières des entreprises touchées par les impayés augmentent, ce qui les fragilise davantage.

Les frais de recouvrement d’impayés

Lorsqu’une entreprise est confrontée à des clients mauvais payeurs ou incapables de payer leurs factures, le recours à une société de recouvrement de créances est nécessaire. Quelle que soit la situation financière de votre entreprise, vous devez prévoir des dépenses pour recouvrer les montants qui vous sont dus.

La société de recouvrement de créances s’active pour faire solder le débiteur. Ses services impliquent pour l’entreprise créancière des dépenses. Plus la procédure de recouvrement dure, plus les frais à verser aux spécialistes seront élevés. Le budget à prévoir pour le recouvrement dépendra, entre autres, du nombre de vos débiteurs.

L’impact indirect des impayés sur l’entreprise

Le coût d’un impayé va au-delà de l’incidence financière directe qui se constate avec les pertes financières, les frais de commissions bancaires et de recouvrement. Les factures non payées affectent l’entreprise sur les plans structurel et organisationnel. Le poids des impayés sur la trésorerie peut induire la suppression de certains postes. De même, en tant que créancier, vous pouvez être contraint de restreindre votre activité.

En conséquence, vous aurez à rompre des contrats avec des partenaires (fournisseurs, sociétés de logistique, entreprises clientes…). La rupture prématurée de contrat avec des travailleurs et des partenaires implique des charges sociales et d’autres conséquences financières. La gestion des impayés vous fait perdre du temps. Les démarches à effectuer auprès de la banque et de la société de recouvrement vous détournent de vos missions de dirigeant d’entreprise.

Assurance-crédit : fonctionnement, coût et intérêt

L’assurance-crédit est la meilleure solution pour amortir le coût des impayés dans une entreprise. Certes, elle génère des frais, mais ses avantages les atténuent.

Le fonctionnement de l’assurance-crédit pour une entreprise

L’assurance-crédit est proposée par les assureurs orientés vers le monde professionnel. Elle sert à prévenir les risques de factures non payées grâce à la surveillance de la situation financière de l’entreprise cliente par des spécialistes. Lorsque l’assuré se voit confronté à des impayés, l’assureur entreprend des démarches afin de récupérer la somme due à l’amiable chez le débiteur.

La compagnie d’assurance joue ainsi le rôle d’une société de recouvrement d’impayés. Elle suit cette procédure pendant un temps donné correspondant au délai de carence fixé dans le contrat d’assurance-crédit. Si elle n’arrive pas à recouvrer les factures impayées dans ce délai, elle procède alors à l’indemnisation de l’entreprise assurée. Cette dernière n’aura donc pas à supporter le coût des impayés.

Le coût de l’assurance-crédit

L’assurance-crédit a un coût déterminé par la prime et des frais divers.

La prime de l’assurance-crédit d’entreprise

La prime d’assurance-crédit est le montant que l’entreprise assurée doit verser à l’assureur pour bénéficier de sa couverture en cas de sinistre (impayé). Cela varie en fonction des assureurs. La plupart de ces derniers fixent leurs tarifs en tenant compte des informations sur :

  • le chiffre d’affaires assurable,
  • la durée des crédits,
  • les principaux encours,
  • les principales pertes,
  • la typologie des clients, etc.

La prime est définie suivant un taux appliqué sur le chiffre d’affaires assurable moyen de l’entreprise. Plusieurs types de polices d’assurance-crédit existent, dont les polices globales, les polices de garantie additionnelle, les polices excédent de pertes… Avec les polices globales, la prime couvre les risques pris de façon globale et non le risque accepté. De façon générale, les polices globales prévoient un montant minimal de primes annuel que l’assuré a l’obligation de payer.

À la signature du contrat, il est demandé au futur assuré, le versement d’une garantie correspondant à une fraction du montant minimal de primes. C’est tout à fait le contraire avec les polices de garantie additionnelle. Avec les polices excédent de pertes, la prime est déterminée au prorata du montant maximal que payera l’assuré.

La prime d’une assurance-crédit peut être considérable selon les risques couverts. L’assureur a le droit d’ajuster les taux de primes afin de maintenir l’équilibre de la police. La prime peut ainsi augmenter ou diminuer au fil du temps en fonction des résultats de l’entreprise cliente.

Les frais d’enquête, de surveillance et autres

Pour connaître le coût d’une offre d’assurance-crédit, considérez les frais complémentaires à la prime. Il s’agit généralement de petites sommes d’argent dont l’addition ne saurait être sans incidence sur la trésorerie. Généralement, les contrats d’assurance-crédit prévoient des frais d’enquête et de surveillance. Ces derniers couvrent les services de l’assureur pour surveiller les risques qu’encourt l’assuré. Selon la compagnie d’assurance et la taille de l’entreprise cliente, ils sont déterminés par un barème ou sont forfaitaires.

Spécialement, les frais d’enquête sont perçus par la compagnie d’assurance une seule fois, au début de la collaboration entre l’assuré et une entreprise tierce. Quant aux frais de surveillance, ils sont payables pendant toute la durée d’un agrément. Lorsqu’une entreprise assurée se retrouve dans un contentieux avec une autre, l’intervention de son assureur peut être facturée. La plupart du temps, les compagnies d’assurance-crédit font payer des frais administratifs à leurs assurés pour la gestion des litiges. Tous ces frais sont à prendre en compte pour connaître le coût d’une assurance-crédit pour votre entreprise.

Afin de faire un choix utile et économique, veuillez comparer les offres disponibles. Pour ce faire, il vous suffit d’utiliser un comparateur d’assurance-crédit pour entreprise. Un tel outil vous permet de vous faire une idée de l’incidence qu’auront différentes offres sur votre trésorerie. Choisissez un site qui vous permet de simuler les besoins de votre entreprise selon sa taille (toute petite entreprise, petite ou moyenne entreprise, grande entreprise…). Un simulateur efficace vous sera utile pour trouver la police d’assurance-crédit la plus avantageuse.

Les avantages de l’assurance-crédit pour la gestion des impayés

Le coût de l’assurance-crédit se justifie au regard de ses avantages.

La garantie impayée de l’assurance-crédit

L’assurance-crédit vous permet d’éviter les conséquences des factures non payées dans votre entreprise grâce à la garantie impayée. Avec cette garantie, l’assureur suit avec attention chacun de vos clients. Il attribue une note au client selon sa situation financière, le dynamisme de son activité et le mode de gestion de sa structure.

La notation permet à la compagnie d’assurance d’indiquer une limite de crédit pour chacun des clients. Vous pourrez ainsi bénéficier d’une indemnisation en cas de contentieux. Le plafond de crédit peut être élevé ou abaissé selon l’évolution de la situation du client. La garantie impayée vous offre une protection optimale contre les risques d’insolvabilité des créances commerciales. C’est l’une des bonnes raisons de souscrire une assurance-crédit.

L’indemnisation de l’assurance-crédit

Après signature d’un contrat d’assurance-crédit, vous pourrez être indemnisé en cas d’impayés. Le sinistre peut être déclaré et donner droit à une indemnisation dans trois principaux cas. Nous avons l’insolvabilité déclarée, l’insolvabilité présumée et le risque politique.

L’insolvabilité déclarée est la situation dans laquelle le débiteur notifie au débiteur qu’il n’est pas en mesure de solder la facture à la date prévue. Dans ce cas, en tant qu’entreprise créancière, vous remettez la créance à votre assureur. Ce dernier vous demandera certains documents justificatifs comme les copies des factures. Vous pourrez alors être indemnisé par la compagnie d’assurance. Les indemnités couvrent généralement jusqu’à 95 % du montant recouvrable. Si une franchise existe, les indemnités correspondent à la différence entre la somme due et le montant de la rétention minimale.

L’insolvabilité est dite « présumée » lorsque le débiteur n’est pas en mesure de payer les factures à cause de problèmes de trésorerie. Six mois après la date d’échéance de la première facture non payée, vous pouvez effectuer une réclamation auprès de votre assureur et être indemnisé. Si le débiteur finit par solder ses factures, vous devrez restituer à l’assureur les indemnités qu’il vous avait versées. L’assurance-crédit vous permet donc d’éviter de subir les conséquences des difficultés financières d’une entreprise partenaire.

Enfin, le risque politique est un sinistre pris en compte par les polices qui couvrent les dommages d’exportation. Si vous optez pour la formule d’assurance-crédit appropriée, vous pourrez bénéficier d’une indemnisation en cas de sinistre dû à la guerre ou à de grandes décisions politiques.

La garantie impayés et l’indemnisation en cas d’insolvabilité impliquent de nombreux avantages comme la maîtrise de la trésorerie. Avec une assurance-crédit, vous éviterez les dépenses qu’induisent les impayés. La mauvaise santé financière d’une entreprise cliente ne vous impactera pas. Ainsi, l’assurance-crédit vous permet de vous concentrer sur le développement de votre activité.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
EconomieÉtudiant

L'adresse incontournable : La Caisse d'Epargne Côte d'Azur

Economie

Quelles sont les raisons qui sous-tendent l’augmentation des prestations d’assurance dans le monde de la construction

Bons PlansEconomieFrance

Mistertee.fr : le roi du textile et de l'objet personnalisé

À la uneEconomieFrance

Pourquoi McDonald’s a payé 1,25 milliard d’euros pour éviter d’être poursuivi en justice ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux