L’Organisation Mondiale de la Santé a tenu sa réunion annuelle de scientifiques. Le but de la réunion était de référencer les maladies qui font courir le risque d’un danger international. Cette année, pour la première fois est apparue dans la liste une « Maladie X ». De quoi s’agit-il ?

Rien n’est sûr concernant cette « Maladie X ». Les scientifiques de l’OMS l’ont listée alors que l’élément pathogène n’a même pas encore été découvert. Alors pourquoi les membres de l’Organisation Mondiale de la Santé s’inquiètent-t-ils ?

« Traiter toutes sortes de maladies »

Cette « Maladie X » a été placée en tête de liste, accompagnée d’autres maladies. Elles sont selon l’OMS les priorités sanitaires internationales. Ces maladies sont les suivantes : le virus Ebola, le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) et le virus de Marburg, la fièvre de Lassa ou encore la fièvre hémorragique de Crimée-Congo (CCHF). Le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et le virus Zika sont également présents au sein de la liste.

À lire aussi : Le Canada accueille le couple royal belge avec un drapeau de l’Allemagne

La présence de cette « Maladie X » au sein de la liste de l’OMS est essentiellement préventive. C’est ce qu’explique un conseiller scientifique de l’OMS: « Nous voulons être sûrs d’être prêts, d’avoir des vaccins et des diagnostic qui pourront s’adapter. Nous voulons développer des systèmes prêts à l’emploi qui pourront traiter toutes sortes de maladies ». 

La « Maladie X » peut être vue comme un espace de prévention, pour des risques sanitaires qui n’ont pas été rencontrés donc. Ce serait une maladie aux effets et aux dangers jamais rencontrés auparavant. C’est pour cette raison que les scientifiques l’ont mis en tête de liste, sans même qu’elle n’existe encore dans les faits. Elle est également au cœur du plan d’action prioritaire de recherche et de développement de l’Organisation.

« Mieux vaut prévenir que guérir »

Avec cette nouvelle appellation, l’OMS se met dans une position pro-active. Jusqu’ici, elle avait seulement traité des maladies déjà connues, et déjà apparues. Ce fut le cas par exemple du virus Ebola, qui eut des conséquences désastreuses, à cause d’un système de santé déficient. Avant, l’OMS cherchait des solutions pour une maladie après que celle-ci ait été identifiée. Les solutions trouvées restaient limitées à cette maladie en particulier sans pouvoir être utilisées dans d’autres cas. Aujourd’hui, le but est de créer tout un système qui détectera les éléments pathogènes inconnus afin de les contrôler.