À la unePolitique

Qui est Nassira El Moaddem, la journaliste qui fait polémique avec sa déclaration sur la France?

Depuis deux jours, Nassira El Moaddem reçoit un vague d’insultes et de menaces sur les réseaux sociaux. Cet épisode de haine arrive après qu’elle ait qualifié la France de « pays de racistes dégénérés ».

« Pays de racistes dégénérés. Il n’y a pas d’autres mots. La honte », a réagit mardi Nassira El Moaddem sur X, anciennement Twitter, en réponse à une publication de RMC Sport. En vérité, la journaliste de 39 ans réagissait à une polémique issue d’un courrier envoyé fin février par la Ligue de Football Amateur (LFA) à tous les présidents de districts du réseau, en France. Ce mail mettait en avant plusieurs consignes relatives au « principe de neutralité ». Réputée pour son engagement contre le racisme et les discriminations, elle est devenue la cible d’attaques virulentes sur les réseaux.

Un courrier qui fait débat

RMC Sport a dévoilé mardi, un courrier envoyé à tous les présidents de districts de football de la part de Vincent Nolorgues, le président de la LFA. Celui-ci concernait en somme l’interdiction du port de casques ou de collants sur le terrain. Vincent Norlogues, précisait même que « ces équipements, s’ils sont autorisés par la commission médicale fédérale, ne sauraient être portés avec des signes ostensibles visibles d’appartenance ». Il demanda par la suite la non participation à la rencontre de la personne concernée, voire, en cas de protestation de cette dernière, l’annulation du match. Une mesure qui a été perçue par certains comme discriminatoire et à connotation islamophobe. C’est dans ce contexte que Nassira El Moaddem a publié son message.

Le courrier s’inscrit après la multiplication des signalements d’arbitres survenus en fin d’année 2023. Après le recours déposé par l’association Alliance citoyenne demandant aux femmes de jouer avec un hijab, le Conseil d’État a signé un arrêté qui stipule l’interdiction de « tout signe ou tenue manifestant ostensiblement une appartenance politique, philosophique, religieuse ou syndicale lors des compétitions sportives ».

Entre condamnation et soutien

Quelques heures après la publication de son message sur X, Nassira El Moaddem a été la cible d’un grand nombre de personnes. En effet, sa réaction a embrasé les réseaux sociaux, conduisant à un déferlement de haine. Si elle a reçu une vague d’indignation de la part des internautes, des militants d’extrême droite s’en sont également mêlés. Julien Odoul, député du Rassemblement National, a exacerbé la situation en critiquant publiquement El Moaddem sur CNews. Il suggérait même qu’elle devrait être suspendue de ses fonctions journalistiques. Cette prise de position a semble-t-il légitimé et intensifié les attaques en ligne contre elle.

Malgré l’adversité, Nassira El Moaddem a reçu un soutien notable de la part de ses collègues. La rédaction « d’Arrêt sur images« , émission pour laquelle elle travaille, dénonce le harcèlement raciste que la journaliste subit des la part de la droite. Le rédacteur en chef parle même de « bêtise raciste ». Mediapart et Les Jours, ont également exprimé leur solidarité, soutenant sa liberté d’expression.

N. El Moaddem face au racisme

Lors de ses études à l’École Supérieure de Journalisme (ESJ) de Lille, Nassira El Moaddem a avoué avoir été victime de racisme et de harcèlement. Elle explique qu’un groupe d’élèves lui aurait donner plusieurs coups bas, mais se seraient également amusés à lui faire des canulars téléphoniques et à se moquer de ses origines maghrébines. Ces expériences antérieures et les récentes attaques soulignent les défis continus auxquels elle doit faire face.

À lire aussi : Européennes : qui est Raphaël Glucksmann, tête de liste PS ?

About author

Journaliste
Related posts
À la uneMédias

The Voice : on était dans les coulisses des répétitions de la finale

À la uneSéries Tv

Plus Belle la Vie : qui était Abdel Fedala que jouait Marwan Berreni?

À la uneEquitationSport

JO 2024 : comment transporte-t-on les chevaux ?

À la uneSéries Tv

La "pépite" du vendredi : qui se souvient de "Les amis de Chico" ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux