Le Festival International de l’Animation d’Annecy a été l’occasion pour les membres du studio Lerche d’en dévoiler plus sur leur adaptation du manga français Radiant en série. Et on peut dire qu’on a hâte de voir ça arriver.

Radiant peut, à première vue, n’être qu’une adaptation de manga parmi d’autres. Pourtant, vous auriez tort de vous en désintéresser. Malgré son aspect japonais, l’œuvre originale est 100% française, des apparences qui avaient même réussi à tromper les créateurs de l’anime. Radiant est en effet écrit et dessiné par Tony Valente et édité aux éditions Ankama chez nous. Bien que des mangas français soient de plus en plus courants de nos jours, l’initiative d’une adaptation animée au pays du Soleil-Levant est une première !

Pour l’occasion, ce ne sont pas moins de quatre membres du projet qui sont venus se confier :

  • Yusuke Fujita, producteur à la NHK
  • Seiji Kishi, réalisateur (Persona 4 The Animation, Arpeggio of Blue Steel, Danganronpan The Animation)
  • Yuji Higa, directeur d’animation (Assassination Classroom)
  • Makoto Uezu, coordinateur (Akame ga Kill, Carnival Phantasm, Yuki Yona is a Hero)

Radiant 02

Une adaptation qui ne sent pas le yakitori

En dehors de l’initiative unique que représente Radiant à l’échelle de l’animation japonaise, cette série est également la première tentative du studio Lerche ciblant un public international. Au cours de la conférence, l’équipe a pu dévoiler quelques images et donner des renseignements sur la série. On apprend ainsi que l’anime adaptera les quatre premiers tomes du manga pour un total de 21 épisodes.

Celles et ceux s’inquiétant du traitement de la série de la part du studio peuvent être rassurés. En effet, l’équipe veille à ce que l’anime plaise également à son auteur d’origine. Des réunions Skype avec Tony Valente sont ainsi organisées toutes les semaines. Au cours de ces réunions, les deux parties discutent des libertés pouvant être prises, des influences graphiques revendiquées (un environnement est inspiré de Midgar du jeu vidéo Final Fantasy VII) par l’auteur, voire même de segments de scénario inédits pouvant être rajoutés.

Si cette initiative est le début de l’ouverture à de nouveaux horizons pour la japanimation, Yusuke Fujita a tenu à rester clair. Ce qui a motivé à la décision d’adapter Radiant est son appropriation des codes graphiques et narratifs du manga japonais. Si Radiant a eu sa chance, c’est bien parce que le public japonais ne se perdait pas dans sa forme. De notre côté, on espère voir de telles expériences se renouveler. Fujita déclarait qu’il lisait dans son avion pour la France un certain Dreamland.

Radiant 03