À la uneMusique

10 tubes incontournables de Dalida

Il y a 35 ans, le 3 mai 1987, s’éteignait Dalida. Sa voix unique, ses performances sur scène, sa vie au destin tragique l’ont pourtant rendue immortelle. Retour sur ses 10 tubes incontournables pour vous faire danser et pleurer pour ce triste anniversaire.

Mourir sur scène, 1983

Sûrement l’une des chansons les plus représentatives de la fin de la carrière de Dalida. Alors au début de sa dépression, la chanson parait sur son album Les P’tits Mots. 4 ans plus tard, la chanteuse se donne la mort, non pas sur scène mais dans son appartement parisien.

Bambino, 1956

En octobre 1956, l’Italienne connait son premier succès avec la version française de la Guaglione. Elle se classe en tête des ventes pendant plusieurs semaines et fait un peu plus tard la première partie de Charles Aznavour à l’Olympia.

Itsi bitsi, petit bikini, 1960

Avec Itsi bitsi, petit bikini, Dalida change de style et gagne sa popularité à l’étranger.

Ciao amore, ciao, 1967

La chanson écrite par Luigi Tenco, alors compagnon de Dalida, connaît un franc succès en France comme en Italie. Le couple la performe au festival de Sanremo, mais la chanson n’est pas retenue par les juges. Le chanteur se suicide quelques heures après dans sa chambre d’hôtel. C’est Dalida qui découvrira le corps, et tentera à son tour de commettre l’irréparable.

C’était le temps des fleurs, 1968

La reprise d’une musique traditionnelle tzigane apparaît dans le 21ème album de la chanteuse. C’est un carton.

Il venait d’avoir 18 ans, 1973

Dans les années 1970, Dalida adopte un registre un peu plus tragique, qui ne change rien à son succès. Au contraire.

Paroles… Paroles…, 1973

Interprétée avec Alain Delon, la chanson a été traduite dans de nombreuses langues et reste une des chansons françaises les plus connues à l’étranger.

Gigi L’Amoroso, 1975

Disque d’or au Canada, vendu à 300 000 exemplaires en France, n°1 en Belgique et en Suisse …

Salma Ya Salama, 1977

Dalida reprend cette chanson composée par Sayed Darwich en 1919 en hommage à son pays de naissance, l’Egypte. La chanson parle de la nostalgie des exilés et de leur courage.

Laissez-moi danser (Monday, Tuesday), 1979

C’est l’un des plus grands tubes de Dalida, si ce n’est le plus grand. Relayé intensément à la télévision et à la radio, le titre s’écoule à plus de 400 000 exemplaires et à fait danser le monde entier durant l’été 1979.

A lire aussi : 8 chansons très bankables en France et dans le monde

About author

Journaliste
Related posts
À la uneMusiquePeople

Aya Nakamura en garde à vue... c'est quoi cette histoire ?

À la uneSéries Tv

On a vu pour vous ... "Tout le monde ment" avec Vincent Elbaz

À la uneModeReportages

Hôtel Mahfouf : on a testé la boutique de Léna Situations

À la uneFootSport

Qui était Fernando Chalana, ce joueur mythique des Girondins, décédé à 63 ans ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux