À la uneActualitéFrancePolitique

Barbara Pompili : une bonne réponse à la “vague verte” ?

Barbara Pompili, nouvelle ministre de la Transition écologique, a du pain sur la planche. Elle se doit d’incarne le “tournant vert” qui se profile.

Nommée ce lundi 6 juillet, Barbara Pompili occupe désormais le poste numéro 3 du gouvernement de Jean Castex. Mais quel est son parcours ? L’ancienne députée débute chez les Verts en 2000 avant de rejoindre les bancs de l’Assemblée Nationale ave Europe Ecologie les Verts en 2012. En 2015, elle rejoint le parti écologiste puis est nommée secrétaire d’État chargée de la biodiversité durant le mandat de François Hollande. En 2017, elle rejoint La République en Marche et soutient la candidature d’Emmanuel Macron. Cette ancienne étudiante de Sciences po Lille a su faire sa place dans l’échiquier politique français puisqu’elle est désormais la nouvelle ministre de la Transition écologique. Elle se doit donc d’incarner la nouvelle voie prise par le Président, ce fameux “tournant vert”.

La charge que doit porter Barbara Pompili est lourde, notamment au lendemain des élections municipales marquées par une “vague verte“. Saura-t-elle relever le défi de la transition écologique ? En ce moment même, l’ancienne ministre Elisabeth Borne lui tend les clés du pouvoir. “Au travail !” a-t-elle écrit sur Twitter.

On a quelques doutes, mais on lui accorde le bénéfice du doute”

Sur le plateau de Franceinfo, le directeur général de Greenpeace France s’est exprimé. S’il ne doute pas de ses convictions, il a déclaré avoir un doute sur sa capacité à agir. En ajoutant lui accorder “le bénéfice du doute” et espérant qu’elle “fera mieux que les ministres précédents“. Et il n’est pas le seul à s’interroger, à l’instar de François Bayou ou encore de Corinne Lepage qui se sont exprimés sur Twitter à son sujet.

A l’inverse, d’autres ont tenu à la féliciter. L’importance du rôle qu’elle a tenu ces derniers mois a aussi été rappelé. Notamment en tant que Présidente de la Commission du Développement durable et de l’Aménagement du territoire de l’Assemblée. Présente à la Convention Citoyenne pour le climat, la députée faisait auparavant partie de ceux souhaitant une interdiction et ce rapidement, du glyphosate et s’était engagée dans de nombreuses luttes. Pour Mireille Clapot, députée LREM, “elle incarne une forme de militantisme concret“. La nouvelle ministre de la Transition écologique est donc attendue au tournant. Et ce n’est pas la première fois que les avis à son sujet sont tranchés.

François de Ruby et Barbara Pompili : “Ken et Barbie” ?

Après la moquerie d’un de ses anciens associés des Verts comparant François de Ruby et Barbara Pompili à “Ken et Barbie“, cette dernière s’était empressée de répliquer. Dans un portrait réalisé par Libération en 2012, elle avait lancé : “Dans Barbie et Ken, c’est Ken le faire-valoir de Barbie, donc c’est surtout pas sympa pour François.” Et ce n’est pas tout puisque la photo de son portrait la montre vêtue d’une petite robe décolletée. “Je sais que ça dénote lorsqu’on est jeune pour le monde politique, qu’on est blonde, une femme, qu’on a des gros seins (…) mais ce n’est pas pour ça que j’ai été désignée présidente du groupe EE-LV.“…”J’ai été désignée parce que ça faisait dix ans que je travaillais à l’Assemblée nationale et que je connaissais bien les arcanes.”

Barbara Pompili est donc une habituée des remarques. Auxquelles elle sait répondre pour ne pas se laisser marcher sur les pieds.

A lire aussi : Remaniement ministériel : ce qui bouge

Crédits : AFP

About author

Journaliste
Related posts
À la uneActualitéInternational

Trump évacué après la neutralisation d’un homme près de la Maison Blanche

À la uneActualité

Cannes : Mouvements de foule ce soir sur la Croisette

À la uneActualitéSport

Tour de France 2021 : Brest accueillera le départ de la Grande Boucle

ActualitéEquitationSport

Hippodrome de Deauville-La Touques : le footballeur international M'Baye Niang repart vainqueur !

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux