CultureMusique

Festivaliers n’oubliez pas Jazz Au Phare !

Du 15 au 18 août sur l'Ile de Ré, le festival tremplin Jazz au Phare mettra sur le devant de la scène les nouveaux talents du Jazz.

Cinq ans après son lancement, le festival Jazz au phare, tout près de l’île de Ré, revient cette année du 16 au 20 août, pour une nouvelle édition. Si vous êtes dans la région le week end prochain, profitez en pour faire un tour festival Jazz au phare à Saint Clément des baleines.

Plus qu’un festival une expérience :

Tous les ans le festival est marqué par des retrouvailles entre musique et cinéma à la Maline. Ambiance intimiste et chaleureuse. Cette année les spectateurs pourront apprécier la reprise de Jazz au phare s’accompagner des joyeuses notes de l’orchestre Oprheon Clesta. Par leur musique empreinte des années trentes ils engageront une soirée qui aura pour thème de trouver son inspiration dans les rythmes endiablés des années folles. Prestation suivie de la projection de Cotton Club, film de Francis Coppola, réalisé en 1984, dont vous laisse (re)découvrir la bande annonce :

[youtube id=”fru1zRGhs-Y”]

Une fois le premier coup de saxophone soufflé, on pourra entendre la rue répondre par la musique ambiante qui l’animera.

Il faut savoir que le jazz au phare ce n’est pas seulement une suite de concert, c’est surtout une expérience, un enchaînement de sentiments. Pendant cinq jours on vous entraîne dans un quotidien rythmé par la musique, qui vous accueille partout où vous mettez les pieds, de 10 heures du matin à 3h le lendemain.

L’événement s’organise autour de trois lieux :

Plan du site du phare des baleines.

Tout gravite autour de la grande scène à coté du phare des Baleines. Endroit magique, qui acceuillera pendant 4 jours autre choses que le chant des sirènes au profit de noms tels que Earth, Wind and Fire experience featuring Al Mc Kay (le 17 aout), Deee Dee Bridgewater (le 18 août) pour les plus pointus du jazz vocal, ou encore Thomas Dutronc et son jazz manouche. (mercredi 20 août)

Puis il y a le théâtre de Verdure : en plein air également, là bas, tous les concerts sont gratuits, les foules s’y succèdent, traversent ce lieux de rencontre et parfois s’arrêtent le temps d’une discussion, d’un échange, ou d’une note de musique.

Et enfin les bars et restaurants s’y mettent aussi : tous les soirs à partir de 19h c’est concert. Les instruments parlent et discutent entre eux, parfois c’est triste, parfois c’est joyeux, mais en tout cas c’est toujours dansant.
Cette année le festival diversifie son répertoire :

Top of the green. L'événement électro de Jazz au phare.

Top of the green. L’événement électro de Jazz au phare.

Parce qu’un des objectifs du festival c’est aussi perpétuer une ambiance de convivialité et de festivités joyeuses, il y en a pour tous les goûts, et tous les âges.

Ainsi à partir de minuit la scène du théâtre de verdure accueille une programmation très électro appelée Top On The Green, ambiance after Hours DJ Clubbing avec des artistes tels que WRECKA SPINNAZZ CLUB – DJ MARTIN & DJ BORIS ou encore Paul Adikt.

Ce choix de répertoire s’explique par un souci d’innovation et une curiosité musicale de la part des organisateurs qui encouragent la jeunesse à participer et à promouvoir leur travail.

En journée on peut retrouver, toujours sur cette même scène, les concerts des participants au concours jeune talent, dont le gagnant remporte une place assurée l’année suivante, donc une visibilité, et un enregistrement chez Cristal record.

Dee Dee Bridgewater, programmée a la scène du phare des baleines le 18 août.

Dee Dee Bridgewater, programmée a la scène du phare des baleines le 18 août.

2014, pour le festival Jazz au phare, c’est aussi l’inauguration d’une cinquième journée, la preuve que “ça marche bien”, et surtout que l’évenement grandit, évolue. Et puisque grandir ça veut toujours un peu dire changer, le choix des artistes de la grande scène, pas toujours jazz, comme Earth Wide & Fire Experience ft Al McKay, plus groove, s’en ressent sur les menus musicaux. Mais une base reste, certains habitués reviennent tous les ans sur la scène : ils sont deux : ont les surnomme les mascottes : Patricia Quintet et Ahmet Gulbay, qui s’impose tous deux avec leurs univers propre à chacun.

 

N’hésitez pas à faire un saut un après-midi, ou y déguster quelque boeuf entre artistes (qui, eux aussi, aiment à se retrouver les uns les autres), le temps d’un apéro. Et si la grande scène vous tente il reste encore des place, et c’est pas ici !

 

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
ActualitéCultureInternational

5 éléments pour comprendre… le parcours de Stan Lee

ActualitéCinémaMusique

9 musiques incontournables de Vangelis

À la uneCinémaCulture

Qui était Vangelis, cet immense compositeur de musiques de film mort à 79 ans ?

À la uneMusiqueSorties

JeuXdi by ParisLongchamp : Robin Schulz invité de la Garden Party du 14 juillet

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux