L’équipe de France de football, remaniée par son sélectionneur Didier Deschamps, a réalisé une prestation très intéressante mardi en amical face à l’Allemagne (2-2). Parmi les bleus titularisés, les attaquants Anthony Martial et Alexandre Lacazette (en une) se sont montrés très à leur avantage. Ils ont montré à Deschamps qu’il faudra aussi compter sur eux pour la prochaine Coupe du monde en 2018, en Russie.

Didier Deschamps le sait. Il dispose d’un potentiel offensif parmi les plus intéressants au monde, si ce n’est le plus intéressant. Avec la pépite de 18 ans du Paris Saint-Germain Kylian Mbappé, le meilleur joueur de l’Euro 2016 Antoine Griezmann et un Olivier Giroud toujours aussi efficace, le sélectionneur risque d’avoir des maux de tête.

Mais au soir de ce match de prestige face à la Mannschaft championne du monde, on se dit que le pauvre Deschamps va avoir toutes les peines du monde à faire un choix, l’été prochain en Russie. Le coach, prolongé par la Fédération française de football jusqu’en 2020, avait testé mardi soir une triplette offensive avec Alexandre Lacazette en pointe, entouré de Mbappé à sa droite et Anthony Martial à sa gauche. Une nouvelle formule donc, sans les habitués Antoine Griezmann et Olivier Giroud.

Anthony Martial rebat les cartes

Lui aussi a un potentiel extraordinaire. Mais en équipe de France, l’attaquant de Manchester United avait jusque-là enchaîné les rendez-vous manqués. Replaçant lors de l’Euro 2016, Martial ne s’est pas vraiment imposé comme un titulaire indiscutable depuis, en sélection tout comme en club d’ailleurs. Mais sa prestation XXXL face à l’Allemagne a changé la donne.

On retient surtout ce double contact dans la surface, d’une fluidité et d’une rapidité extrême, qui élimine Süle et permet d’offrir l’ouverture du score sur un plateau à Lacazette (33ème).

Au-delà de cette action, une statistique éloquente : Martial est le joueur français qui a le plus touché le ballon en première mi-temps (42). Ses coups de rein sur son flanc gauche ont fait énormément souffrir la défense allemande durant tout le match. En seconde mi-temps, à 2-1 pour la France, il aurait même pu assurer la victoire, seul face au portier allemand Kevin Trapp, après un une-deux avec Mbappé. Mais son pied gauche a « taupé » au moment du tir (89ème). Dommage car dans la foulée, Lars Stindl égalisait in extremis pour les Allemands.

Lacazette voit double

Comme Martial, lui aussi a un gros potentiel. Mais sa dernière prestation en Bulgarie (1-0) le 8 ctobre lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2018 avait été décevante. Conséquence, le joueur d’Arsenal en Angleterre se retrouvait derrière l’efficace Olivier Giroud (impliqué dans neuf buts lors de ses huit derniers matches en bleu) dans la hiérarchie des avant-centres en équipe de France. Et ce alors que qu’il est titulaire à Arsenal… aux détriments de Giroud.

Là, le buteur formé à Lyon vient de remettre les pendules à l’heure. Il a tout simplement marqué les deux buts de la France face à la Mannschaft. Si son premier but doit beaucoup au travail de Martial, son second ne doit rien à personne, si ce n’est à Mbappé, son passeur décisif. Avec sang froid, Lacazette a remporté son un contre un face à Trapp, d’une feinte de frappe puis d’un intérieur du pied droit entre les jambes de Trapp (71ème).

Le casse-tête chinois russe de Deschamps

Didier Deschamps ne peut qu’être satisfait de la prestation de ses hommes face aux champions du monde en titre. Mais avec autant de solutions et de joueurs en attaque, difficile de trouver la bonne formule. Sans compter sur Ousmane Dembélé, la pépite du FC Barcelone, qui soigne une déchirure aux ischios-jambiers contactée en septembre. En 4-4-2 avec Griezmann et Giroud, qui s’entendent à merveille en attaque ? Ou en 4-3-3 comme face aux Allemands avec Mbappé et Martial sur les côtés ?

En tout cas, Lacazette et Martial auront sept mois jusqu’à la Coupe du monde pour transformer l’essai marqué ce mardi soir, à Cologne.