À la uneEnvironnementSociétéSport

Le “Plogging”, pour un monde plus propre

Apparu en Suède en 2016, le Plogging est le nouveau jogging écologique qui séduit de plus en plus d’adeptes à travers le monde. Issu de la contraction « Plocka Upp », ramasser en suédois et jogging, cette pratique consiste à ramasser les déchets tout en courant. Une nouvelle pratique sportive, bénéfique non seulement pour notre santé, mais aussi celle de la planète. Ce concept pourrait être l’avenir du milieu sportif face à de nouveaux défis écologiques qui le bouleversent.

Le sport et l’écologie ne font généralement pas bon ménage. La pratique du sport est généralement très polluante peu importe le niveau pratiqué. Les marathons après leurs passages laissent souvent de nombreuses bouteilles d’eaux au sol. Le tour de France est aussi une véritable machine à détruire l’environnement avec ses hélicoptères, ses motos, ses centaines de voitures et bien sur ses millions de goodies distribués par la caravane publicitaire. Concrètement, la plupart des grands événements sportifs causent de gros dégâts environnementaux. 

Mais les conséquences écologiques sont désormais de plus en plus prises au sérieux par les organisateurs. Les JO de 2020 au Japon reporté en 2021 à cause de la pandémie de Coronavirus ont pris des mesures fortes. Près de 6 millions d’anciens appareils électroniques ont été récoltés pour fabriquer des médailles recyclées. Le comité d’organisation entend faire de cette édition « les Jeux les plus respectueux de l’environnement et les plus durables jamais organisés ».

Normalement, cette démarche devrait être poussée encore plus loin aux Jeux Olympique de Paris 2024. Les organisateurs, en partenariat avec le WWF (World Wildlife Fund), se sont engagés à ce que l’événement respecte l’Accord de Paris. Ils visent notamment des Jeux 100% renouvelables avec un impact environnemental positif qui accélère la transition écologique, contribue à réinventer les villes et les modes de vies. Malheureusement le sport continue de polluer à l’image des derniers mondiaux d’athlétisme qui se sont déroulés en septembre dernier dans un stade climatisé au Qatar ou les grands prix de F1 avec leur consommation record de 75 L de carburant pour 100 km.. La future coupe du monde de football en 2022 au Qatar risque également de ne pas épargner la nature.

Le Plogging, le sport zéro déchet

Et si votre footing prenait une dimension environnementale ? C’est le concept du Plogging, un sport où l’on ramasse les déchets tout en faisant son jogging. Une pratique venue tout droit de Suède, Plogging issu de la contraction de « plocka upp » (ramasser en suédois) et jogging. La suède est un pays leader en matière de recyclage et incarne un modèle à suivre en matière de politique environnementale. Cette pratique devenue régulière pour certains coureurs, amoureux de la nature se répand en Europe comme une une véritable activité sportive et citoyenne et se déploie partout dans le monde depuis 2016 sous l’impulsion d’une forte médiatisation. Cette course aux déchets pourrait être à l’image du sport dans les années à venir, alliant la pratique physique et le respect de l’environnement.  ​

« Un corps sain dans un environnement sain »

La devise du Plogging

Un corps sain dans un environnement sain”, c’est la devise des « ploggers ». Depuis son apparition, la communauté de « ploggers » est très présente sur les réseaux sociaux. Les joggeurs écolos s’immortalisent avec les détritus récoltés avec des hashtags plogging. De nombreux sites, groupes facebook et applications ont été créés pour organiser cette nouvelle pratique. En France, l’application Run Eco Team a été créée en 2016 par Nicolas Lemonier, elle permet de se retrouver pour faire du plogging à plusieurs et de comptabiliser les déchets. Chaque semaine, 20 tonnes de déchets seraient ramassées par les 50 000 membres de la Run eco Team utilisant l’application à travers le monde. En moyenne, par sortie, chaque coureur récolterait 1,5 kilos de déchets. Cette application est un des outils majeurs de la médiatisation du plogging avec une communauté estimée à près de 130 000 personnes à travers le monde. 

A lire également : Coca-Cola et sa guerre contre l’écologie

Un sport accessible à tous

En plus d’avoir un impact positif sur l’environnement, le plogging est une sorte de nouveau sport accessible à tout le monde. Si les organisateurs des grands événements sportifs commencent à se mettre au vert, le plogging permet aussi à chacun de façon individuelle ou collective de participer à cette bonne cause. C’est sans doute la force de cette discipline créée par Erik Ahlstom. Il suffit d’avoir une paire de basket, un sac-poubelle et de partir courir ou faire de la marche pour être un « plogger ». Si il peut se faire sur une courte ou longue distance, tous les amateurs de jogging peuvent pratiquer ce sport. De plus, il s’avère être très complet pour le corps avec des exercices variés. Se baisser, s’accroupir, accélérer pour attraper un papier qui s’envole.. Un point qui n’a pas manqué d’attirer toujours plus de coureurs. 

Mais ce sport a forcement ses limites. Ramasser les déchets pendants son footing reste une pratique infime par rapport au nombre de déchets produits dans le monde. Elle est néanmoins symptomatique de la prise de conscience du mauvais état de notre environnement particulièrement en hausse chez les sportifs férus de nature. Le plogging a pris son envol depuis 2016, mais manque cruellement de structure. Cette pratique devrait à l’avenir se structurer afin d’organiser plus d’événements pour mieux rassembler. Et pourquoi ne pas devenir à l’avenir la vitrine du sport engagé contre la protection de l’environnement..

Une pratique déjà répandue dans les sports nautiques 

En dehors de la course à pied, une autre discipline se prête tout fait au ramassage de déchets. C’est le cas des sports nautiques où des passionnés de kayaks se mobilisent pour ramasser les déchets le long des côtes. Plusieurs compétitions sont organisées par des associations de défense de l’environnement afin de sensibiliser la population face aux nouveaux défis climatiques. L’année passée à la même période, un relai de kayaks nommé le « Grand défi » à été médiatisé grâce à la présence de sportifs connus comme les nageurs Camille Lacourt ou Frédéric Bousquet, A cette occasion, les 80 participants ont ramassé 1,2 tonnes de déchets sur un parcours de seulement 8 kms. Cette compétition avait pour objectif de rappeler que la Méditerranée est une des mers les plus polluées au monde par le plastique. Alors qu’elle ne représente que 1 % des eaux mondiales, elle concentre 7 % des micro-plastiques selon le WWF. Face à la pandémie de Coronavirus, la seconde édition qui devait se dérouler cette année est reportée en 2021. Une autre alternative démontrant que le sport a les ressources pour être le porte- étendard de la protection environnementale.

Crédit photo : Flickr

About author

Journaliste spécialisé dans le Sport
Related posts
À la uneActualitéSéries Tv

Scenes From a Marriage : Jessica Chastain remplace Michelle Williams

À la uneActualitéSéries Tv

Manifest : la saison 2 de la série sur TF1 dès le 10 novembre

À la uneCultureMusique

Miley Cyrus annonce la sortie de son nouvel album

À la uneCinémaSéries Tv

La Famille Addams : Tim Burton bientôt à la tête d'une nouvelle version en série

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux