ActualitéFrance

Le professeur Eric Caumes souhaite le retour du confinement

Eric Caumes, le chef du service infectiologie de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, estime que le gouvernement doit instaurer un nouveau couvre-feu

Invité sur le plateau de FranceInfo pour parler de la situation sur le Covid-19, le professeur Eric Caumes, estime que suite à la recrudescence de cas de coronavirus la France “n’a plus le choix, le virus est tellement présent parmi nous, qu’il faudrait reconfiner”. Le professeur souhaite que le gouvernement s’inspire des Irlandais et des Gallois, qui ont fait le choix de se reconfiner, afin de “remettre les pendules à l’heure, permettre de se réorganiser, arrêter la saturation du système hospitalier, notamment des réanimations, ce qui va devenir de plus en plus critique”.

Interrogé sur le couvre-feu instauré dans 54 départements, Eric Caumes pense que cela est un “pari risqué” car il faudra attendre entre 10 et 15 jours pour connaître son impact. Un délai qu’il juge trop long si la situation continue de se dégrader aussi rapidement. La France a dernièrement recensé plus de 50 000 cas de Covid-19 en 24h, un chiffre qui semble être en constante augmentation.

En attendant les résultats sur l’impact du couvre-feu et afin de se protéger, le professeur estime “[qu’]il faut diminuer nos interactions sociales. Ce n’est pas très sympathique du tout à entendre, mais malheureusement, il n’y a pas d’autre solution. Diminuer nos interactions sociales, voir moins de personnes, voir nos enfants, nos petits-enfants en se protégeant. Je sais que c’est compliqué mais malheureusement il n’y a pas d’autre solution”.

About author

Journaliste
Related posts
À la uneCultureÉtudiantFranceReportages

On a testé pour vous … la 8ème édition du concours Burgers Toqués

À la uneActualitéBrèvesInternational

Une femelle rhinocéros meurt noyée après une tentative d'accouplement

À la uneActualitéInsoliteMusique

Nicki Minaj invitée à la Maison Blanche pour discuter sur la vaccination

À la uneActualitéÉtudiantFranceSociété

#Anti2010 : pourquoi les élèves nés en 2010 sont moqués sur les réseaux sociaux ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux