Covid19: Arrivée de l’attestation de sortie dérogatoire en format numérique. Interdiction de l’activité physique individuelle entre 10h et 19h dans Paris. Prolongation du confinement jusqu’au 15 avril minimum. Le point sur l'évolution de l'épidémie.

EmissionsLes As du placard

Le Trio Dauphine, Invité des As | Les As du Placard #61

Trio Dauphine, invité des As

Le Trio Dauphine, un Eloge du Patrimoine Musical Français

Qui est-ce ? La biographie : Le Trio Dauphine, les musiciennes au service de la musique française

Clara Izambert, Maud Giguet et Marie Van Rhijn, musiciennes, sont les membres fondateurs du Trio Dauphine. Ce groupe musical s’attarde sur la musique française de la deuxième moitié du XVIIIème siècle.

Dans le cadre de la sortie de janvier dernier de leur premier CD sur la plateforme en ligne Ulule, le Trio Dauphine a collaboré pour cette occasion avec la soprano Maÿlis de Villoutreys. Adoptant une formation originale qui réunit le violon baroque, la harpe simple mouvement et le clavecin, le Trio Dauphine s’attache depuis sa première saison 2009-2010 à l’interprétation de la musique française de la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Si son nom fait référence à la pièce pour clavecin de Jean-Philippe Rameau « La Dauphine », il évoque plus largement la musique « de salon » et naturellement MarieAntoinette en tant que harpiste.

Trio Dauphine, invité des As

Le Trio Dauphine, invité des As

Depuis 2012, le Trio Dauphine a élargi son répertoire aux compositeurs bohémiens, allemands et italiens. Trio féminin, Maud Giguet, Clara Izambert et Marie van Rhijn ont à cœur de partager leur passion pour le riche patrimoine musical français de cette période marquée par l’évolution du goût.

Pour ce projet, le Trio Dauphine a réfléchi à un répertoire spécifique, enrichi par la lecture de nombreux traités instrumentaux ainsi que par les trésors que cachent les bibliothèques musicales. Leur nouvel album est par ailleurs disponible dans les bacs depuis début 2015 : “LABORDE RAMEAU” – CD Evidence Classics.

L’émission des As

Le Trio Dauphine, représenté sur le plateau par deux de ses musiciennes Clara Izambert et Maud Giguet, présente au sommaire de cette émission son histoire et ses projets. Trio passionné, c’est autour  des thèmes des formations musicales rares et musiques de salon de la seconde moitié du XVIIIème siècle que s’axe le travail de ces artistes.

Entre engagement personnel, volonté de découverte et de partage de la musique, le Trio Dauphine expose ses débuts musicaux, ses rencontres et l’expérience qui en fut retirée notamment lors de sa collaboration avec la soprano Maÿlis de Villoutreys.

Le Trio Dauphine, invité des As

Le Trio Dauphine, invité des As

Musique classique ne rime pas avec ennui, ces jeunes femmes en sont l’exemple vivant. Pleines d’humour et de vivacité, les musiciennes du Trio Dauphine se sont pourtant engagées dans la recherche d’une meilleure accessibilité de leur répertoire.

A l’heure où il n’a jamais été plus simple d’écouter de la musique, faire redécouvrir ou connaître les spécificités d’un style particulier demeure néanmoins l’une des grandes problématiques de la musique classique

Une émission animée par : Victoire Chevreul avec pour chroniqueurs : Cédric Fuentes et Marie-Adélaïde Bouyssou.

 Aller plus loin :

[tabs tab_names=”Quelques vidéos de leur oeuvre|Marie Van Rhijn, l’interview|Liens|Pauses Musicales” initial=”1″]
[tab]


[/tab]
[tab]

Grande absente du plateau Marie Van Rhijn du Trio Dauphine a répondu à quelques unes de nos questions :

1. Comment avez vous été amené à vous orienter vers la musique ? Qu’est ce qui vous a particulièrement attiré dans votre programme de la seconde moitié du XVIIIème ?

Dès mon plus jeune âge, j’ai grandi entourée de musique dans une famille non musicienne mais très mélomane qui écoutait de nombreux répertoires, y compris la musique ancienne qui m’a tout particulièrement attirée par sa spontanéité et sa relation à la danse. De plus, le clavecin, pour la petite fille que j’étais, renvoyait l’image d’un instrument de princesse ! J’ai commencé le clavecin à 7 ans et j’ai eu la chance que mes parents m’offrent une épinette dès l’année suivante. Toujours curieuse et prenant beaucoup de plaisir à jouer et découvrir de nouveaux répertoires et compositeurs, j’ai naturellement décidé de me tourner vers l’étude de la musique ancienne.
La musique de salon que notre programme met en évidence me touche particulièrement, car il s’agit d’un répertoire intime, plein d’émotions, à la fois profond et divertissant.

2. Avez vous eu un mentor ou été inspirée par une personnalité musicale ?

Dans le monde musical, on a l’occasion de croiser la route de nombreuses personnes talentueuses qui nous apportent beaucoup, et c’est évidemment mon cas, mais je suis particulièrement reconnaissante à William Christie, Paul Agnew et les Arts Florissants, qui m’ont donné l’opportunité de travailler avec eux, ce qui est passionnant. J’ai également de très bons souvenirs des masterclass avec Christophe Rousset en Toscane.

3. Quel rôle tient la transmission de la musique dans votre vie, et avec quel moyen de partage vous sentez vous le plus à l’aise: enseignement, sur scène, en enregistrement pour un CD ?

C’est justement ce qui fait la richesse de mon métier : nous avons la chance de pouvoir partager de plusieurs manières notre passion pour la musique. J’aime enseigner pour le contact avec les élèves – jeunes ou moins jeunes ! -, leur investissement et la transmission d’un patrimoine. Mais le fait d’être sur scène et de partager directement nos émotions avec un public procure également un grand plaisir, tout comme le fait de savoir, lorsqu’on enregistre un disque, qu’il pourra accompagner de nombreux auditeurs dans la vie quotidienne, ce qui permet de toucher un autre public qui ne peut pas forcément venir aux concerts.

4. Pensez vous qu’être un ensemble musical constitué de femmes, représente une véritable force aujourd’hui ? (Cela a-t-il pu être une difficulté ?)

Lorsque j’ai voulu co-fonder l’ensemble pour répondre à une invitation du conservatoire de Calais où j’ai fait mes débuts, j’ai seulement chercher à rassembler des interprètes avec qui j’avais des affinités musicales. Le hasard a voulu que ce soient deux jeunes femmes. Notre formation est originale, à la fois parce que nous sommes un trio féminin mais aussi par nos instruments, et c’est certainement un atout. Cependant, nous travaillons beaucoup avec des hommes (j’en profite pour remercier l’équipe autour du CD : Pierre, Daniel, François, Gaëtan, Antony…), et ce n’est pas pour nous déplaire !


[/tab]
[tab]

En savoir plus sur le Trio Dauphine : Trio Dauphine


[/tab]
[tab]


[/tab][/tabs]

Une idée, un apport ? N’hésitez pas à interagir, commenter ou partager !

Related posts
Distances InconnuesEmissions

Nos soignants, cette première ligne. Distances Inconnues #21

Emissions

Canapé Critique #01 – Vivarium

C'est Quoi Ta France ?Emissions

#RadioCQTF 26 avec Guillaume Meurice : Vous reprendrez bien une Corona?

C'est Quoi Ta France ?Emissions

#RadioCQTF 25 avec Maxime Ross : Vous reprendrez bien une Corona?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux