Covid19: Arrivée de l’attestation de sortie dérogatoire en format numérique. Interdiction de l’activité physique individuelle entre 10h et 19h dans Paris. Prolongation du confinement jusqu’au 15 avril minimum. Le point sur l'évolution de l'épidémie.

À la uneActualité

Les avocats en grève, la justice bipolaire

Le lundi 3 janvier, sur la place de la Bastille, une nuée de robes noires. Des avocats, qui luttent contre la suppression de leur régime spécial prévu dans la nouvelle réforme sur les retraites. Leur grève dure depuis déjà plus d’un mois et ne semble pas s’apaiser.

Une grève historique pour les avocats

Jamais de mémoire d’homme les avocats avaient été autant à se mobiliser dans la rue. Certain dénombre même 15 000 grévistes à travers la France ce qui correspondrait à plus de 20% de la profession selon le Conseil National des Barreaux (CNB), l’organisation nationale qui représente l’ensemble des avocats.

La lutte est également symbolique. Les actes comme jeter des codes civiles ou bien défiler dans la rue avec toge d’avocat se sont multipliés. Les avocats espèrent marquer les esprits avec ce type de méthode. Un pari risqué mais qui a le mérite d’être original.

Des avocats dans la rue le lundi 3 janvier

Cette grève entraîne des surcharges dans les tribunaux. Des dossiers qui devaient être traités en urgence ne trouvent pas d’avocat. Par ailleurs, les jugements qui devaient avoir lieu sont également repoussés. Avec cette grève, c’est tout le système français qui est impacté.

À l’image des gilets jaunes, les avocats dans la rue luttent contre la nouvelle réforme des retraites. Avec cette dernière, leur régime spéciale serait supprimé. Cela ne conviens pas à une partie de la profession. Car si la réforme aura peut d’impacte sur les gros cabinets, les petits eux en pâtiront le plus. Certains envisagent même une réorientation si elle est actée et des étudiants de droit se demandent ce qu’ils vont faire.

Cette réforme va créer de telles inégalités que des gens vont quitter la profession, d’autres n’auront même pas envie d’y entrer 

Christiane Fehral-Schul – présidente du Conseil national des barreaux

Mardi 4 février, un rendez-vous a lieu entre le premier ministre et les représentant des avocats. Après un premier report de l’entretien, espérons que celui-ci aura bien lieu et qu’il permettra d’apaiser les tensions. En attendant, après les prisons ce sont les tribunaux de France qui débordent.

Related posts
À la uneBons Plans

Coronavirus : AB InBev lance l’initiative « Bar solidaire »

À la uneFemmesFranceSexeSociété

Les travailleuses du sexe demandent un "revenu de remplacement" pour compenser leur baisse de bénéfices

À la uneActualitéCulturePop & Geek

Top 5 des meilleurs comédiens de doublage pour la VF des animés

À la uneCinémaSéries Tv

Disparition de Honor Blackman à 94 ans (Goldfinger)

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux