À la uneActualitéFootFranceSociétéSport

PSG-OM : Retour de bâton pour Neymar, accusé d’homophobie

Alors que Neymar accuse Alvaro Gonzalez de racisme lors du Classico, le brésilien aurait lui aussi proliféré des propos insultants cette fois-ci homophobes envers le défenseur marseillais.

Et si Neymar était victime du Karma ? Le Brésilien qui accuse Alvaro Gonzalez de racisme lors du PSG-OM sous haute tension de dimanche pourrait voir la polémique se retourner contre lui. Après le visionnage des différents angles de vues, les propos racistes du marseillais n’ont pas (encore) été identifiés contrairement à des insultes homophobes du numéro 10 parisien. Lors d’une nouvelle vidéo de Gol Televisión, la star brésilienne aurait lancé à son adversaire un “Put… Maricon”, qui est une insulte homophobe. Même si cela n’enlève rien à la gravité des éventuelles insultes racistes d’Alvaro Gonzalez, le joueur du Paris-Saint Germain n’a pas été exemplaire non plus.

À lire également : « Le racisme n’existe pas ou peu »… Noël Le Graët provoque l’indignation

Une séquence fortement relayée par les supporters marseillais sur Twitter avec le hashtag #NeymarHomophobe pour faire condamner l’ancien joueur du FC Barcelone. Un nouveau rebondissement dont Neymar pourrait faire les frais avec des matchs de suspension supplémentaires. Hier soir, la commission de discipline a tranché pour les cartons rouges distribués lors du PSG-OM. Layvin Kurzawa a été le plus lourdement puni avec 6 matchs de suspension, Jordan Amavi 3 matchs tandis que Neymar et Paredes ont écopé de deux matchs fermes. Pour Angel Di Maria, son crachat sur Alvaro Gonzalez a été identifié, et pourrait lui couter jusqu’à 6 matchs de suspension.

Crédit : Getty Images

About author

Journaliste
Related posts
À la uneFrance

Un homme de 88 ans flashé à 191 km/h au lieu de 110

À la uneMédias

Michel Drucker de retour sur France 2 le 28 mars

À la uneCultureFrance

Charlotte Gainsbourg veut ouvrir au public la maison de son père

À la uneInternational

Alexeï Navalny a été envoyé en colonie pénitentiaire

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux