À la uneCinéma

On a vu pour vous… Coco le Disney / Pixar de la fin d’année

Le Disney de fin d’année est siglé Pixar. Coco réalisé par  Lee Unkrich et Adrian Molina est t’il aussi réussi que le présageait le premières images ? Verdict!

Mais c’est quoi déjà… Coco ? Depuis déjà plusieurs générations, la musique est bannie dans la famille de Miguel. Un vrai déchirement pour le jeune garçon dont le rêve ultime est de devenir un musicien aussi accompli que son idole, Ernesto de la Cruz. Bien décidé à prouver son talent, Miguel, par un étrange concours de circonstances, se retrouve propulsé dans un endroit aussi étonnant que coloré : le Pays des Morts. Là, il se lie d’amitié avec Hector, un gentil garçon mais un peu filou sur les bords. Ensemble, ils vont accomplir un voyage extraordinaire qui leur révèlera la véritable histoire qui se cache derrière celle de la famille de Miguel… 

3 raisons pour aller voir Coco

Raison N°1 : Pour la féérie visuelle

Au-delà de son postulat initial, de son rythme ou de son humour, ce qui frappe d’emblée avec Coco c’est littéralement la féérie visuelle de l’ensemble. Un feu d’artifices de couleurs agencées les unes aux autres et qui offre un véritable régal pour les yeux. Somptueux de bout en bout, Coco subjugue et émerveille autant qu’il séduit par la fluidité de ses mouvements (les séquences de foule sont juste bluffantes). Chaque détail compte mais l’animation tutoie la perfection.

Raison N°2 : Pour la réalisation majestueuse

Lee Unkrich qui est ni plus ni moins que le réalisateur de la trilogie Toy Story, de Monstres et Compagnie, du Monde de Nemo ou du tout premier Cars n’est pas tombé de la dernière pluie et son talent n’est plus à prouver. Avec Coco il se surpasse (avec son co-réalisateur Adrian Molina) ce qui semblait impossible après Toy Story 3 avouons-le. Sa maîtrise de la narration, son sens du rythme et des détails, son travail est tout bonnement colossal. La gestion des moments forts et des moments faibles, l’agencement des scènes et la montée en puissance se fait avec une maîtrise saisissante. Et c’est un univers foisonnant dans lequel la réalisation nous plonge tout en distillant un message sous-jacent intime et viscéral sur l’importance du souvenir de ses ancêtres.

Raison N°3 : Pour l’émotion qui vous saisit

Au départ si Coco est agréable à voir et magnifiquement réalisé, on n’imagine pas vraiment où le film va nous emmener. On sourit, on rit, on s’attache aux personnages, on est en empathie avec eux, on s’inquiète de leur sort, on trouve les images belles et colorées, la narration avance tant et si bien que l’épilogue nous surprend et nous laisse KO pour le compte. Non seulement la puissance émotionnelle inattendue qui s’en dégage est l’équivalent d’une déflagration à la Toy Story 3 mais tous les fils se relient en un nœud bouleversant qui fait pleurer à chaudes larmes. C’est un régal que d’être saisi de la sorte et de finir exsangue et écrabouillé d’émotion sur son fauteuil. Coco se pare de dix dernières minutes qui feront craquer les cœurs les plus durs et qui portent le film à la hauteur stratosphérique de certains de ses prestigieux devanciers.

Coco est un feu d’artifices aux mille et une couleurs, rythmé et enchanteur où la forme et le fond se confondent! En prime, un bouquet final d’émotions! La magie Pixar frappe encore!

Coco de Lee Unkrich et Adrian Molina – En salles le 29 novembre 2017

A lire aussi : Nouvelle bande-annonce pour Coco le nouveau Pixar

 

 

About author

Journaliste pôle séries et La Loi des Séries, d'Amicalement Vôtre à Côte Ouest, de Hill Street Blues à Ray Donovan en passant par New york Unité Spéciale, Engrenages, Une famille formidable ou 24, la passion n'a pas d'âge! Liste non exhaustive, disponible sur demande!
Related posts
À la uneSéries Tv

L'art du crime : une saison 4 en écriture

À la uneActualitéBrèvesÉtudiantFranceSociété

Le Brevet des collèges décalé à cause de la canicule

À la uneHigh Tech

Netflix se lance dans le jeu vidéo

À la uneActualitéCultureFestivalMusique

Les Solidays 2019, un succès de plus dans la lutte contre le Sida.

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux