CultureMusique

Colours in the Street : « On a fait un album 100% colours »

Colours in the Street est un groupe de musique français qui mélange pop, rock et électro. Après une tournée partout en France et en Asie, le groupe sort un nouvel album, le 3 juillet, intitulés All the colours. Nous sommes allés à la rencontre d’Alexandre Poussard, le chanteur du groupe, pour qu’il nous parle un peu plus de ce nouveau projet.

Deux ans après votre deuxième EP Tell the World, vous sortez prochainement un nouvel album qui s’intitule All the Colours. Parlez-nous un peu de cet album ?

Cela fait depuis plusieurs années que l’on travaille sur cet album. On a voulu prendre du recul, aller plus loin, prendre des risques. C’est un album qui est très varié musicalement. Il a une résonance mélancolique. En plus, il est assez long. Il est composé de 14 titres. On avait une centaine de composition au total et on a décidé d’en garder 14.

A-t-il été compliqué de choisir quels morceaux allaient rester sur l’album ?

Non, le choix s’est fait naturellement, ça a été plutôt évident. Il y avait des morceaux que l’on avait composés depuis 3 ans. On savait qu’on allait les garder pour l’album. On est assez content de notre tracklist.

Faut-il s’attendre à quelque chose de différent par rapport à vos précédents albums ?

On a voulu proposer quelque chose de différent tout en restant dans une certaine continuité. Le 1er album, Royaume, était plus pop rock. Notre deuxième EP, Tell the World, était plus pop française. Le nouvel album, All the Colours, est quant à lui, plus pop coloré et joyeux.

Y a-t-il des collaborations dans cet album ?

Non, il n’y a pas de collaboration. Il y en aura après l’album mais ce sera juste pour des singles. On a fait un album qui est 100% colours. En plus, On est plus efficace quand on travaille en famille.

Quelles sont vos principales influences ?

Elles sont hypers variées. Il y a par exemple Coldplay, Imagine Dragon ou encore Two Door Cinema Club. Ça peut dévier sur du Michael Jackson. La pop c’est très varié, ça peut aller de The Weeknd à Maroon 5. Chaque membre du groupe a ses influences personnelles. Elles ne sont pas uniquement pop. Elle peut être dans chaque style de musique.

Malgré la crise sanitaire que connaît la France en ce moment. Vous avez décidé de ne pas déplacer la date de sortie de votre album. Pourquoi avoir fait ce choix ?

C’est un album prêt depuis plusieurs mois. C’était soit on le sort à cette date-là, soit on le sort en automne. Le problème c’est qu’on ne sait pas si en automne la situation va empirer ou s’améliorer. Du coup on s’est dit, au temps sortir l’album à cette date-là. Ça ne sert à rien d’attendre le meilleur moment.

N’avez-vous pas peur de vendre moins de CD ?

On prend le risque. On sait que cela peut avoir des conséquences sur les ventes. Il est possible que les magasins restent fermés. On ne peut pas anticiper ce qui va arriver. Notre stratégie est prête autant allez dans ce sens.

Était-il compliqué de finaliser l’album à cause du confinement ?

Musicalement, tout était prêt. Il ne nous restait que le graphisme à terminer. J’ai travaillé avec Romain Vaysettes pour faire les visuels de l’album. C’est lui qui a fait tous les visuels de nos albums. Ce confinement nous a permis de terminer cela.

Avez-vous des dates de tournées de prévues ?

Pour l’instant, ça reste flou. On a annoncé trois dates. On sera le 7 octobre au Confort Moderne à Poitiers, le 8 octobre à la Maroquinerie à Paris et enfin le 5 novembre au Ferrailleur à Nantes. C’est très compliqué de trouver de nouvelles dates. En ce moment, Il y a un embouteillage de concert, ce qui rend la chose compliquée.

Envisagez-vous une tournée mondiale ?

On y travaille. On va d’abord faire la France, puis une tournée en Asie. Ensuite, on va essayer de faire une tournée en Europe.

About author

Je suis passionnée par le cinéma. Je suis très fan du travail de Quentin Tarantino, de Christopher Nolan ou encore d’Edgar Wright. Je ne passe pas une seule journée sans regarder un film. J’aime aussi regarder des séries.
Related posts
À la uneCulture

Qu'est ce que le despotisme éclairé ?

À la uneCulture

Vision artistique #4 – Rencontre avec Amandine, réalisatrice aux messages poignants

À la uneCulture

Quelle trottinette électrique vous convient le mieux ?

CinémaCulture

On a redécouvert pour vous ... La Cité de la Joie, l’apprentissage de l’humain

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux