À la uneActualitéFootSport

DOSSIER : Before Ligue 1 2015/2016 !

Radio VL entame son Before Ligue 1 par un petit rappel des faits de la saison précédente. Riche en suspenses et en rebondissements, l’exercice 2014/2015 a été très indécis. Retour sur une saison assez à part des années précédentes.

Août : Bordeaux, le tube de l’été

Arrivé en Gironde durant l’été, alors qu’il était le second choix derrière Zinedine Zidane, Willy Sagnol commence sa carrière d’entraineur très fort. Bordeaux commence sa saison par une victoire à Montpellier (0-1) puis des cartons contre Monaco (4-1) et à Nice (1-3). Les Girondins pointent seul à la première place du classement et entament de la meilleure des façons le championnat. De leurs côtés, le PSG et Marseille commencent timidement. Mais ils se réveillent fin aout avec des victoires tonitruantes (5-0 pour le PSG contre les Verts, 4-0 pour l’OM contre Nice). Monaco et Lyon (éliminé par l’Astra Giurgiu en Europa League) débutent très mal l’exercice et pointent à la 15ème et 17ème place après la 4ème journée.

Le fait : Futur relégué, Évian Thonon Gaillard démarre la saison par trois défaites en quatre matchs. Balayé par Caen et Rennes lors des deux premières journées (0-3, 6-2), Évian réussit tout de même à accrocher le PSG (0-0) avant de concéder sa quatrième défaite et de pointer seul à la dernière place.

La stat : 6, comme le nombre de but inscrits par Cheick Diabaté avec Bordeaux contre Montpellier en autant de match. Buteur lors de la première journée à la Mosson, le Malien a toujours marqué contre les Héraultais.

Leader puis looser, râleur mais rageur, Willy Sagnol est déja un des grands personnage du championnat.

Leader puis looser, râleur mais rageur, Willy Sagnol est déja un des grands personnage du championnat, comme Leonardo Jardim, derrière lui.

Septembre : El Loco motive !

Marcelo Bielsa a mis deux journées à mettre la machine olympienne en route. Au retour d’une trêve internationale qui a concerné peu de ses joueurs, il met vite l’OM sur les bons rails. Marseille enchaîne alors les victoires et chipent la première place à un Bordeaux qui s’endort petit à petit. Côté Parisien, le début de saison est compliqué avec les blessures et l’enchainement des matchs nul (à Toulouse et Rennes, contre Lyon). Le mois de septembre se termine quand même par une victoire (3-2) contre le Barça en Ligues des Champions. Les Gones, refont surface petit à petit notamment après un succès contre Monaco (2-1) lors de la 5ème journée. Lanterne rouge avec un petit point, Évian sort la tête de l’eau avec ses deux premières victoires.

Le fait : Durant le mois de septembre, l’Olympique de Marseille enchaîne les cartons et ne laisse aucun point en route. Des victoires à Évian (1-3) et Reims (0-5) et contre Rennes (3-0) et Saint-Etienne (2-1) font de l’OM l’une des meilleures attaques européenne sur le mois avec 13 buts soit plus de trois par matchs.

La stat : 20 secondes ! C’est le temps que Gignac a mis pour marquer le but le plus rapide de la saison face à Évian (1-3) le 14 septembre 2014. Il faut remonter au 7 avril 2012 et le but de Yoan Gouffran avec Bordeaux à Auxerre au bout de 13 secondes, pour voir plus rapide.

Octobre : Le Grand Huit de l’OM

Huit sur huit ! Le mois d’octobre commence fort pour l’OM qui, avec ses victoires contre Caen (1-2) et Toulouse (2-0), enchaine sa huitième victoire en huit match de championnat et prend sept point d’avance sur le PSG au terme de la dixième journée du championnat. Le club de la capitale reprend du poil de la bête néanmoins avec des victoires contre Lens et Bordeaux pendant que Lyon stoppe la série de Marseille (1-0) à Gerland. Les Lensois, eux, commencent à sombrer sous le poids des contraintes financières. L’équipe d’Antoine Kombouaré perd des matchs importants, comme Caen, et les deux promus se retrouvent rapidement dans la zone rouge.

Le fait : Alors que l’En Avant Guingamp est en marche pour un exploit en Europa League, les Bretons reçoivent Nice deux jours après un déplacement à Minsk (Biélorussie). L’effectif est trop restreint pour faire la transition, l’En Avant prend une rouste à la maison (2-7), Guingamp se retrouve meilleur club français en Europa League et dernier du championnat de France.

La stat : 5, comme le nombre de buts inscrits par Carlos Eduardo lors de Guingamp-Nice (2-7). Une première en Ligue 1 depuis le 28 avril 1984 et le Messin Tony Kurbos qui avait inscrit lui un sextuplé lors de la victoire de Metz contre Nîmes (7-3).

Bielsa et Gignac en tête, l'OM casse tout sur son passage en début de saison.

Bielsa et Gignac en tête, l’OM casse tout sur son passage en début de saison.

Novembre : Paris à l’affût

L’écart se resserre en tête du classement. Après un début de saison compliqué, le PSG se refait la cerise. L’apothéose a lieu le 9 novembre au Parc des Princes à l’occasion du clasico face à Marseille. Paris s’impose 2-0 grâces à des buts de Lucas et Cavani. Ce précieux succès permet au club de la capitale de réduire l’écart et de terminer le mois à 1 petit point des marseillais. Deux semaines après ce premier choc, la Ligue 1 propose un autre duel historique en clôture de la 15ème journée : le derby entre Saint-Etienne et Lyon. Les Stéphanois s’imposent 3-0 dans le chaudron, 20 ans après ! Monaco fait du sur place en ne parvenant à engranger que 3 points en 4 matches (3 matches nuls, une défaite).

Le fait : Le PSG enchaîne quatre victoires consécutives pendant le mois de novembre : à Lorient (2-1), contre Marseille au Parc (2-0), à Metz (3-2) et contre Nice (1-0). A quatre points du leader marseillais avant la 12ème journée, le PSG revient à 1 point de la première place au soir de la 15ème journée.

La stat : 20. Cela faisait 20 ans que les Verts n’avaient pas remporté un derby dans le chaudron. La dernière fois, c’était le 6 avril 1994, une victoire 3-0 à domicile.

Décembre : Lyon à l’attaque

4 matches, 4 victoires pour l’OL en décembre. Avec en point d’orgue, la démonstration au stade Chaban-Delmas face à Bordeaux. Un succès 5-0 acquis grâce à un doublé de Lacazette et des buts de Tolisso, Fekir et Ferri. Lyon passe devant Paris au classement et termine deuxième à la trêve hivernale. Marseille termine champion d’automne avec 13 victoires en 19 rencontres, à deux points de Lyon et trois de Paris. Un PSG qui prépare mal les fêtes de fin d’année avec 2 nuls et 1 défaite en 4 matches (match perdu sur la pelouse du Roudourou face à Guingamp). Tout le contraire de Monaco qui décolle au classement (5ème à la trêve) avec 4 succès consécutifs (dont une victoire face à Marseille à Louis II, but de Bernardo Silva).

Le fait : Marseille termine champion d’automne avec 41 points au compteur. Une première partie de saison idyllique des hommes de Marcelo Bielsa, qui totalisent la deuxième meilleure différence de buts (derrière l’OL).

La stat : 4. Monaco reste invaincu face à Marseille depuis 4 rencontres (3 victoires et 1 nul) à l’issue de la 18ème journée. Il faut remonter au 12 septembre 2010 pour trouver trace d’une victoire marseillaise dans un derby sudiste ; c’était en quarts de finale de la Coupe de la Ligue et l’OM s’était imposé 2-1.

Lacazette, meilleur joueur et buteur de l'exercice 2014/2015

Lacazette, meilleur joueur et buteur de l’exercice 2014/2015

Janvier : La chute olympique

Pour la première fois depuis la 7ème journée, l’OM cède son fauteuil de leader à son dauphin lyonnais. Les hommes de Bielsa ne prennent que 6 points sur 12 possibles au cours du mois de janvier, en s’inclinant deux fois à l’extérieur sur les pelouses de Montpellier (2-1) et de Nice (2-1). L’OL obtient 10 points avec 3 victoires et un seul nul concédé à Monaco au terme d’un match terne. De son côté, Paris reprend du poil de la bête après sa difficile reprise marquée par une humiliation à Bastia pour le premier match de la deuxième phase (défaite 4-2 avec un but extraordinaire du défenseur bastiais Julian Palmieri). Dans le bas du classement, Metz et Lens entrent dans la zone rouge à la défaveur de 2 nuls et 2 défaites en janvier.

Le fait : Lyon prend le fauteuil de leader jusque-là accaparé par l’OM. Avec 2 petits points perdus en 4 rencontres, les lyonnais abordent ce début d’année de la meilleure des façons et prouvent que leur équipe de jeunes issus du centre de formation est taillée pour concurrencer les meilleurs.

La stat : 5, c’est le nombre de journées où la Ligue 1 a dépassé les 35 buts dans le week-end, c’est autant que depuis le début des années 2000.

Février : Lyon, comme au bon vieux temps !

Le trio de tête est toujours aussi insaisissable pour ses concurrents. Avec un petit changement d’ordre : Paris passe deuxième et relègue l’OM sur la troisième marche du podium. Dans le choc OL-PSG, les deux équipes se séparent sur un score de parité (1-1), ce qui permet au Gones de tenir en respect le favori des bookmakers et d’imposer sa griffe sur le football hexagonal. Dans le choc des nouveaux riches entre Paris et Monaco pour le compte de la 27ème journée, score nul et vierge et particulièrement terne. Le gros match du mois opposait Saint-Etienne et Marseille à Geoffroy Guichard et s’est achevé sur un nouveau nul 2-2. En queue de classement, Evian TG prend 6 points sur 12 en février et passe de la 18ème à la 16ème place.

Le fait : Marcelo Bielsa a beau être critiquable sur sa saison, il a néanmoins une patte de génie ! Dans le chaudron contre l’ASSE, El loco fait trois changements alors qu’il est mené 1-0. Résultat : deux des entrants, Alessandrini et Batshuayi, font basculer la rencontre grâce à une passe décisive du premier et à un doublé du second. Match nul 2-2.

La stat : 102 ! Comme le nombre de penalties obtenus en Ligue 1 cette saison. Le plus grand de l’histoire puisque le dernier record date de 2011-2012. Le PSG est le club qui en a bénéficié le plus avec 14 penalties pour 13 transformé.

Mars : Games of thrones

La course au titre s’intensifie et les clubs ne veulent plus lâcher du lest. Lors de la 28ème journée, Paris balaye Lens (4-1) pendant que l’OM étripe le TFC (1-6) et que Lyon fait un récital à Montpellier (1-5). Alors que le PSG réussit l’exploit de sortir Chelsea après un scénario cauchemardesque, les Parisiens peinent encore à passer la seconde. Battu à Bordeaux (3-2) trois jours après avoir joués les Blues, les Parisiens restent au coude à coude de Lyon et Marseille qui se tenu en échec au Vélodrome (0-0). La journée suivante, l’OL chute à la maison contre Nice et laisse Paris s’emparer seul du fauteuil de leader. Solide et héroïque en Ligue des Champions contre Arsenal, le Monaco de Jardim devient intraitable en championnat en Mars. Trois matchs, trois victoires avec au moins trois buts inscrits, les Monégasques reviennent tout près du podium à huit journées de la fin.

Le fait : L’arbitrage vidéo aurait surement sauvé l’OM. Lors de la 29ème journée de Ligue 1, le choc oppose Marseille à Lyon et les deux clubs ont toujours le titre à jouer. Dans un match fermé (0-0), l’OM aurait pu être récompensé si l’arbitre avait accordé un but à Ocampos, qui dévie un ballon sur corner qui franchit entièrement la ligne…mais qui n’est pas validé comme un but par l’arbitre.

La stat : 19 ! C’est le nombre de match durant lequel Metz n’a pas gagné en Ligue 1 cette saison. Entre la 12ème journée et la victoire contre Caen (3-2) et la 31ème journée et un succès sur le même score contre Toulouse, les Messins ont enchainé 15 défaites et quatre nuls. Game Over.

Paris a été héroïque contre Chelsea en Ligue des Champions !

Paris a été héroïque contre Chelsea en Ligue des Champions !

Avril : Paris est magique

Balayé par Barcelone à l’aller comme au retour, Paris se console avec le championnat en écartant son rival marseillais de la course au titre (2-3) au Vélodrome. Les futurs champions commencent alors leur festival du mois d’Avil avec quatre victoires d’affilée qui se conclut par un (6-1) contre Lille lors de la 34ème journée. Marseille de son côté, vit une descente aux enfers cruel et une série de quatre défaites consécutives qui enterrent tous les rêves du début de saison. Monaco passe alors sur le podium et Saint-Etienne, auteur d’un bon nul à Gerland (2-2), revient au coude à coude pour la quatrième place.

Le fait : Après 34 journée, Lens est officiellement relégué en Ligue 2 avant même d’avoir joueur son 35 match de championnat. Amputé de son stade et de recrutement toute la saison, le Racing n’a rien pu faire en Ligue 1 avec son très jeune effectif. L’argent promis par Mamadov n’est jamais arrivée et Kombouaré à du composer avec ce qu’il avait sous la main, dommage pour les Sang et Or.

La stat : 38 ans ! C’est le nombre d’année qu’il faut remonter pour voir Marseille battre son grand rival Bordeaux en Gironde ! Pour leur dernière année dans le mythique Parc Lescure (Stade Chaban-Delmas), les Girondins ont perduré la tradition en s’imposant contre l’OM (1-0) lors de la 31ème journée de Ligue 1.

Mai : Jamais 2 sans 3

Dans la course au titre, Paris largue son concurrent lyonnais en réalisant un sans-faute. Libérés de leurs contraintes européennes, les hommes de Laurent Blanc donnent un dernier coup de collier, jouant pour une fois à leur véritable niveau, qui n’a pas d’équivalent en France. Guingamp est balayé, Montpellier maté à la Mosson. Dans le même temps, Lyon s’écroule à Caen (0-3) et doit se contenter de la 2e place, qui lui assure tout de même un accès direct au tour de poules de la Ligue des champions. Dans la course à l’Europe, Monaco garde le cap malgré une défaite à Marseille et assure la Ligue des Champions. Marseille se console en faisant une belle fête à Gignac, Ayew (partants) et Djibril Cissé qui arrête sa carrière lors de OM-Bastia. Bordeaux profite de la victoire en Coupe de France du PSG pour s’offrir une qualification européenne dans son Nouveau Stade. Dans le bas de tableau, Evian TG, battu par Saint-Etienne lors de la 37e journée, rejoint Lens et Metz dans l’ascenseur pour la L2.

Le fait : Le PSG remporte son troisième titre consécutif et entre dans la légende du championnat. Jusqu’à présent, seuls Saint-Etienne (par deux fois, de 1967 à 1970 puis de 1973 à 1976), l’Olympique de Marseille (de 1989 à 1992) et l’Olympique Lyonnais (de 2002 à 2008) avaient réalisé pareil exploit. De plus, le PSG a remporté la Coupe de la Ligue et la Coupe de France, et réalise un triplé historique.

La stat : 27 ! Comme le nombre de buts inscrits par Alexandre Lacazette, le meilleur score d’un Français sur une saison depuis Jean-Pierre Papin en 1991.

Le PSG est Champion de France !

Le PSG est Champion de France !

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
ActualitéCultureMusique

Tu te souviens … des Backstreet Boys qui vont faire leur retour en octobre ?

À la uneCulturePop & GeekSorties

Japan Expo : tout savoir sur l’édition 2022

À la uneFranceSanté

Covid-19 : qui peut avoir accès à la 4ème dose de vaccin ?

À la uneInternational

Etats-Unis : la Cour suprême annule le droit à l’avortement

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux