À la uneActualitéFranceInternational

Italie : Un missile français saisi chez des militants d’extrême droite

C’est une inquiétante découverte qui a été faite à Rivanazzano Terme, dans la province de Pavie au sud de Milan. Cette opération anti-terroriste visant des groupuscules d’extrême droite était planifiée depuis plusieurs mois et s’est parfaitement déroulée.

Des fusils d’assaut et… un missile. Lundi 15 juillet, la police italienne annonce avoir saisi un véritable arsenal de guerre lors d’une perquisition dans un hangar tenu par des sympathisants d’extrême droite.

Une surprise made in France

Dans le hangar, un missile air-air de fabrication française. C’est un Matra Super 530 F « en parfait état de marche et utilisé par l’armée du Qatar », précise un communiqué des forces de l’ordre. Dans leurs perquisitions, ils ont également découvert de nombreux objets à la gloire du nazisme, ainsi que 9 fusils d’assaut, 3 fusils de chasse, 7 pistolets, 20 baïonnettes, plus de 300 articles de tir comme des chargeurs, silencieux et lunettes, plus de 800 munitions de tous calibres et la cabine de pilotage d’un avion de combat.

Italie : la police saisit missile et symboles nazis auprès de groupes extrémistes d'extrême droite

Italie 🇮🇹 : la police saisit missile et symboles nazis auprès de groupes extrémistes d'extrême droitePlus de vidéos : https://francais.rt.com/videos🔎 Dans un hangar de l'aéroport de Turin, la police a découvert le 15 juillet des armes, un missile et des symboles nazis lors d'un raid contre des groupes extrémistes d'extrême-droite.

Publiée par RT France sur Mardi 16 juillet 2019

Trois individus ont été arrêtés. Le propriétaire du hangar, un suisse de 42 ans, son associé, un italien de 51 ans, et Fabio Del Bergiolo, candidat sur les listes du groupuscule néofasciste Forza Nuova lors des élections législatives de 2001. Selon la police italienne, ils auraient cherché à vendre le missile pour 470 000 euros. Il est théoriquement d’une portée de 25 kilomètres mais sa mise en service sans avion semble extrêmement complexe. Les policiers ont exclu l’hypothèse que les suspects aient projeté de s’en servir.

Hier soir, l’avocat de Fabio Del Bergiolo a assuré que son client était simplement un passionné d’armes qu’on pourrait comparer à un collectionneur d’objets archéologiques.

Une chasse aux nazis

L’enquête de la police italienne a débuté il y a plus d’un an selon le procureur Carlo Ambra, en charge des investigations sur les groupes d’extrême droite radicaux de la région de Turin. Elle s’est accélérée depuis trois mois selon le magistrat.

Fin mai, une banderole appelant à l’union des groupes fascistes avait été découverte sur un viaduc près de la capitale. Le 20 juin, Luigi Cortese, leader de Forza Nuova, avait été interpellé et mis en examen pour apologie du fascisme, interdit par la loi depuis 1952.

La dernière perquisition en date, le 9 juillet, avait conduit à l’arrestation de Fabio Carlo D’Allia, accusé d’apologie du fascisme et de détention de munitions de guerre. La perquisition de lundi s’inscrit dans la continuité de l’enquête dirigée par le procureur Carlo Ambra.

Related posts
À la uneActualitéBrèvesNumériqueSociété

Facebook espionnait les utilisateurs IOS à travers la camera

À la uneLa Loi des SériesSéries Tv

La loi des séries s'la raconte : Goldorak, ce qui se cache derrière la VF de la série | La loi des séries #333

À la uneActualitéBrèvesCinémaCulture

Joker : des scènes enlevées car trop folles

À la uneActualitéCinémaCulture

Le Mans 66, une grande Histoire vitesse grand V

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux