À la unePolitique

Macron Président : La marche d’un empereur sans Empire

Emmanuel Macron est arrivé en tête du premier tour de l’élection présidentielle ce dimanche soir, recueillant 23,75% des suffrages exprimés. Le candidat d’En Marche! retrouvera au second tour Marine Le Pen (21,53%) au soir d’un 7 mai qui s’annonce être une formalité. Toutefois, le constat d’une France divisée comme jamais et d’un Président potentiellement sans majorité ne font que renforcer les craintes d’une France ingouvernable.

 Macron: La victoire du marketing politique

La pari du fondateur d’En Marche! s’est concrétisé ce dimanche 23 avril 2017. Le pari d’un homme qui sur le papier n’avait rien pour rassembler autour de lui une majorité relative autour de son nom à la Présidentielle. Cet énarque de 39 ans, ancien inspecteur des finances, est passé par la très prestigieuse banque Rothschild & Cie avant d’entamer une carrière publique. Entrant comme Secrétaire national adjoint de François Hollande, il fait partie de ceux qui murmurent à l’oreille du Président Hollande, jusqu’à son sacre à Bercy en août 2014 où il remplace Arnaud Montebourg.

A lire aussi : Le direct des élections présidentielles 

Son style détonne, représentant le courant du “libéralisme social”, au sein d’un gouvernement où il se retrouve en marge et attaqué par une majorité fragilisée par des frondeurs qui obligeront Manuel Valls à engager l’article 49 al.3 pour faire passer la Loi Macron en force. Ambitieux, le ministre de l’économie croît en son étoile face à des partis traditionnels en perte de vitesse. En avril 2016, il lance son mouvement En Marche!, présenté comme un mouvement citoyen en dehors du clivage gauche-droite. Ne pouvant plus assumer la casquette de ministre de François Hollande et de candidat du renouveau politique, il quitte le gouvernement le 30 août 2016 pour se consacrer à l’élection présidentielle.

La déclaration de candidature à l'élection présidentielle d'Emmanuel Macron le 16 novembre 2016

La déclaration de candidature à l’élection présidentielle d’Emmanuel Macron le 16 novembre 2016 © En Marche

 

Lors de la campagne pour l’élection présidentielle, Emmanuel Macron a bénéficié de nombreux soutiens et ce, de tout bords politiques, du communiste Robert Hue au libéral Alain Madelin en passant par François Bayrou. Il est accusé par ses adversaires politiques de ne pas avoir de programme clair et de ménager les électeurs en évitant les sujets provoquant des clivages. Il répond qu’il est le candidat du renouveau de la classe politique, lui qui ne s’est jamais présenté devant les électeurs, et que les partis traditionnels sont dépassés.

Au cours des différents débats, Macron est attaqué par les principaux candidats, sur sa gauche, par un Benoit Hamon qui, à l’époque, ressort en challenger sérieux suite aux primaires de la gauche, et qui tacle le libéralisme du candidat EM!, que sur sa droite, avec un François Fillon ébranlé par les affaires, qui le réduit à son état d’ex ministre de François Hollande. Solide, Macron s’en sort habilement sans toutefois convaincre sur ses propositions.

Vive la République, vive la France !

Publié par Emmanuel Macron sur dimanche 23 avril 2017

 

Une France écartelée au soir du 1er tour

Les sondages ne laissaient guère de doute, Emmanuel Macron devait se retrouver au second tour. Il restait toutefois à connaître son adversaire. Au cours d’une campagne marquée par des sondages très serrés jusqu’au dernier jour de campagne, Marine Le Pen et François Fillon pouvaient s’inviter au second tour, ainsi que Jean Luc Mélenchon, auteur sans doute de l’une des campagnes les plus réussies. C’est finalement Marine Le Pen qui affrontera Macron. Une Marine Le Pen qui réussit un score historique en terme de voix, avec 7,6 millions de voix, dans un premier tour marqué par la disparition des grands partis, le candidat Les Républicains rassemblant 19,91%, un score sans doute honorable au regard de la campagne difficile du candidat de la droite, et de l’écrasant échec de Benoit Hamon qui réunit quant à lui 6,35% des voix.

 

Résultats définitifs du 1er tour de l'élection présidentielle selon le Ministère de l'Intérieur

Résultats définitifs du 1er tour de l’élection présidentielle © Ministère de l’Intérieur

Le véritable enseignement de ce 1er tour reste cette photographie de la France, divisée pour les 3/4 des électeurs qui se sont déplacés aux urnes entre un candidat incarnant le libéralisme social (Macron), une candidate prônant sur le repli sur soi et la sortie de l’Euro (Marine Le Pen), mais également un candidat représentant la droite catholique “anti-système” ( François Fillon) et enfin l’extrême gauche eurosceptique ( Jean-Luc Mélenchon). Dès lors, comment penser que la France ressortira unie le soir du second tour face à de telles disparités d’opinions ?

 

Carte représentant le vote au premier tour par département selon le Ministère de l'Intérieur

Carte représentant le vote au premier tour par département © Ministère de l’Intérieur

 

Macron Président, puis un retour vers la 4ème République?

Fort logiquement et dans le respect de la tradition des partis “républicains”, le Parti Socialiste ainsi que le parti Les Républicains ont invités leurs partisans à voter Emmanuel Macron pour faire barrage à Marine Le Pen. Cette dernière ne pouvant guère compter que sur un éventuel ralliement de Nicolas Dupont-Aignan pour progresser en terme de voix, sa tâche semble déjà condamné par le “plafond de verre”. Emmanuel Macron n’a plus qu’à gérer l’entre-deux-tours et éviter de porter l’image d’un candidat de la “France d’en-haut”, candidat de la Finance et du microcosme parisien contre Marine Le Pen, candidate du peuple et des “patriotes”.

Emmanuel Macron fêtant sa qualification au second tour dans la brasserie mondaine "La Rotonde" a pu rappeler la célébration de Nicolas Sarkozy au Fouquet's en 2007.

Emmanuel Macron fêtant sa qualification au second tour dans la brasserie mondaine “La Rotonde” a pu rappeler la célébration de Nicolas Sarkozy au Fouquet’s en 2007. © Twitter

 

Car la victoire d’Emmanuel Macron peut vite se transformer en cauchemar le mois suivant son élection. Son mouvement citoyen, ratissant large ( parfois malgré lui ose t-on glisser dans l’entourage du candidat, presque victime de son succès) porte en lui autant la victoire du renouvellement que la défaite de l’insouciance de candidats sans expériences politiques qui n’auront pas le talent et l’aura de la star Emmanuel Macron.

Peut-il légitimement espérer comme il l’a soutenu pendant toute sa campagne que les 577 candidats d’En Marche! vont porter le renouveau de la politique Française ? On peut en douter, car si les partis traditionnels ont été balayés du 1er tour de la présidentielle, les 575 députés qui portent les couleurs d’un parti traditionnel ne laisseront pas leurs circonscriptions sur l’autel du front républicain. Dès lors, sans accord électoral (sans nul doute avec le parti socialiste, où des tractations auraient déjà eu lieu), Emmanuel Macron se retrouverait au mieux, à une coalition forcée, ou au pire, à un régime qui redeviendrait parlementaire, avec une assemblée incontrôlable, comme sous la 4ème République, où les lois seraient votées tantôt par la droite lorsqu’elles sont libérales, tantôt par la gauche lorsqu’elles sont sociales.

L’ironie du sort pour un candidat du renouveau politique est que, sans nul doute, il devra sa victoire au “front républicain” des électeurs des partis traditionnels, lui qui a privés ces électeurs de leurs candidats respectifs, et qu’il devra, pour gouverner, faire une alliance avec un mouvement politique traditionnel.

La politique ne serait-elle pas un éternel recommencement?

Emmanuel Macron sera t-il vraiment le candidat du renouveau politique ?

Emmanuel Macron sera t-il vraiment le candidat du renouveau politique ? © En Marche!

 

 

About author

Directeur de la rédaction VL Media
Related posts
À la uneFrancePolitique

Nicolas Sarkozy condamné à 3 ans de prison dont 1 an ferme

À la uneCinéma

Un reboot de Superman en préparation

À la uneBrèvesFranceSanté

Couvre-feu : Emmanuel Macron demande aux Français de « tenir encore 4 à 6 semaines »

À la uneSéries Tv

La traque : "Va te faire voir" répond Yves Rénier au fils de Fourniret

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux