À la uneSéries Tv

On a vu pour vous … La Révolution, la série française de genre de Netflix

Après Marianne, on attendait avec impatience la nouvelle série fantastique française de Netflix et on a pas été déçu : Le Révolution arrive et c’est une excellente surprise.

C’est quoi La Révolution ? Royaume de France, 1787. Enquêtant sur une série de meurtres mystérieux, Joseph Guillotin – futur inventeur de la guillotine – découvre l’existence d’un nouveau virus : le sang bleu. La maladie  se propage au sein de l’aristocratie et pousse la noblesse à attaquer le peuple. C’est le début d’une révolte … Et si on nous avait menti depuis plus de deux siècles ? Voici la véritable histoire de la Révolution Française…

La Révolution : la France prend goût au genre ?

Une nouvelle série française de Netflix est très attendue par le public. On attend de voir des propositions différentes de ce qu’on peut voir d’ordinaire que ce soit sur la plateforme ou même sur les autres chaînes françaises. Si des séries comme Plan Cœur ou Family Business restent assez classiques (tout en ayant leur propre réussite), l’année dernière Marianne s’est révélée une excellente surprise que malheureusement Netflix n’a pas confirmé. Derrière on a découvert Mortel ou Vampires. Mais assurément, La Révolution est le projet le plus intéressant que l’on attendait de découvrir depuis Marianne. La série s’empare d’un sujet central de l’Histoire de France, mais qui parle au monde entier, calcul plutôt malin. Ensuite, comme c’est souvent le cas, elle en propose une relecture par le prisme du fantastique et donc de l’uchronie. Ce n’est pas en soit une nouveauté, cela existe depuis des années dans pleins de pays du monde. En faire un élément à charge contre la série paraît du coup assez déraisonné. Ce projet nouveau a été porté par un auteur qui connaît et maîtrise le genre : Aurélien Molas. On lui doit déjà 3 séries qui parviennent à chaque fois à se réinventer totalement : Crime Time et Red Creek (Studio+) et Maroni (Arte). Dans chacune de ces propositions, Aurélien Molas est parvenu à aller au bout du concept avec un style bien à lui et qui font de lui un des auteurs les plus prometteurs pour les années à venir. Sa relecture des événements de 1789 ne pouvait que nous intriguer. Et le moins que l’on puisse dire c’est que nous n’avons pas été déçus.

“L’histoire est une suite de mensonges sur lesquels on est d’accord”

La scène d’ouverture de la série, précédée de cette citation de Bonaparte plante la décor : on va vous faire redécouvrir la vérité autour d’un événement historique majeur et central. Dès lors, on accepte par convention que ce que l’on verra ne sera pas une série historique mais une série où l’Histoire est prétexte pour raconter du genre. Les premières minutes très réussies graphiquement et mis en scène par Aurélien Molas lui même, posent les bases de ce que sera non seulement cette première saison mais également la série. Elle annonce aussi la couleur, sans jeux de mots, et semble donc nous dire que la série pourrait durer 3 saisons (la séquence est en 1789 et l’on retourne ensuite en 1787). Dès lors, il ne fait aucun doute que l’on est plongé dans un univers que l’on croyait familier mais qui se révèle d’une richesse folle.

Puis La Révolution nous dévoile son propos : des meurtres horribles et une maladie qui semble se répandre : “le sang bleu”, une maladie qui aiguise les rivalités et dressent les gens contre eux. Noblesse contre Tiers Etat. Et le clergé au milieu en embuscade pourrait-on dire.
Si la série prend le temps d’installer ses personnages et son intrigue, elle distille pourtant une atmosphère prenante portée par un réalisation ultra stylisée (bien que très sombre, trop par moment sans doute). L’action monte crescendo au fil des épisodes et les personnages deviennent très vite très intéressants. Des personnages dont le look a été particulièrement soigné, qu’il s’agisse de la Cheffe des rebelles Marianne avec son masque, ou encore l’héroïne Eloïse de Montargis et sa mèche blanche. Tout a été particulièrement soigné pour donner à la série sa propre couleur, même si elle n’est pas sans rappeler évidemment l’ambiance d’un film comme Le Pacte des loups. Le casting est quant à lui aussi extrêmement réussi à commencer par la très charismatique Marilou Aussilloux (Elise) qui monte en puissance au fil des épisodes ou le surprenant Lionel Erdogan, figure bien connue de la fiction française et qui trouve ici un premier rôle à la mesure de son talent. Et comment ne pas mentionner la toute jeune révélation Amélia Lacquemant (14 ans) vraiment impressionnante tout au long de la série. Derrière eux, les autres personnages sont aussi soignés (à l’instar de Julien Frison) et les personnages féminins ne sont pas oubliés ce qui est particulièrement appréciables.

Si la série souffre parfois d’un petit ventre mou, l’action repart de plus belle pour culminer dans un final assez époustouflant et une scène de révolution justement assez impressionnante filmée comme les grands films de guerre ou les grandes batailles dans les westerns. Plongés dans l’action, le spectateur est en apnée et ne peut que se laisser porter par le tourbillon. D’autant que, 1787 oblige, on sait pertinemment que ce n’est qu’une mise en bouche avant les événements de 1789 et ça, c’est très prometteur. Une promesse amplifiée par les dernières minutes de la série qui laisse présager une mythologie qui va se densifier dans une possible, et on le souhaite vraiment, saison 2.

Même si on pourrait trouver à redire ici et là, on ne boudera pas notre plaisir : La Révolution nous a largement emporté au fil de cette première saison qui est une vraie belle réussite. Grâce à une écriture maîtrisée, une réalisation enlevée et un casting “royal”, La Révolution est l’une des belles surprises de cette rentrée et a tout pour devenir une très belle série de genre, qui a digérée les codes de la fiction internationale tout en lui donnant une identité française. Le meilleur des deux mondes en somme.

Que retenir de La Révolution ?

Une belle réussite française dans le domaine du fantastique

Une écriture maîtrisée qui pose un univers très riche

Un casting réussi qui propose de nouveaux acteurs charismatiques

About author

Rédacteur en chef du pôle séries, animateur de La loi des séries et spécialiste de la fiction française
Related posts
À la uneActualitéFrance

Un renforcement du couvre-feu envisagé

BrèvesSéries Tv

Coronavirus : Laura Farrugia remplace Malika Alaoui (Mila) dans Plus belle la vie

À la uneArt / ExpoCultureSorties

Les chefs d'œuvre de la Renaissance italienne s'invitent au Louvre

À la uneSéries Tv

On a vu pour vous... Inside n°9, la géniale anthologie britannique

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux