Culture

La Maternité de Substitution : Une Science en Constante Évolution

De nos jours, l’infertilité (féminine ou masculine) n’est plus un obstacle insurmontable pour les personnes qui désirent fonder une famille puisque plusieurs solutions technologiques sont désormais à la disposition des couples voulant remédier à ce problème. S’il n’existe pas de remède miracle, il est tout de même raisonnable d’avancer que la science a su redonner de l’espoir aux parents d’intention.

Des percées technologiques permettant de traiter l’infertilité

La fécondation in vitro ou FIV compte parmi les techniques d’aide à la conception les plus pratiquées à l’heure actuelle. Il s’agit d’une méthode qui permet de contourner les problèmes qui bloquent la reproduction par voie naturelle. Tout se fait donc de façon artificielle à travers la fécondation manuelle des gamètes mâles et femelles avant leur transfert dans l’utérus.

Effectuée dans une capsule en laboratoire, la procédure de la FIV est complétée en quatre principales étapes. La récolte des œufs chez la femme, la première étape du processus, est généralement réalisée après une hormonothérapie. Cette hyperstimulation ovarienne a comme but de prélever une quantité suffisante d’ovocytes de qualité supérieure.

L’étape suivante est celle de la fécondation de l’ovule par les spermatozoïdes soigneusement extraits d’un échantillon de sperme. Ensuite, un embryon est recueilli puis transféré dans un utérus viable, qui est généralement celui d’une mère porteuse. La dernière étape consiste à confirmer la grossesse grâce à un test sanguin environ 16 jours après la fécondation.

Reproduction par injection intracytoplasmique de spermatozoïde

Aussi appelée ICSI, l’injection intracytoplasmique de spermatozoïde est une technique de reproduction artificielle largement utilisée à l’ère contemporaine. Elle est généralement adoptée quand les difficultés de conception sont liées à une infertilité masculine majeure, et elle s’avère efficace quand les spermatozoïdes sont trop faibles, peu mobiles, pas assez nombreux ou carrément inexistants (azoospermies). Il est important de souligner que cette technique est également préconisée dans les cas de troubles immunitaires, d’infection ou encore lorsque la femme ou l’homme porte des agents anti-spermatozoïdes.

L’ICSI consiste donc à faire féconder un seul ovule et un seul spermatozoïde sélectionnés avec le plus grand soin. L’autre plus grand avantage de cette méthode est ainsi d’augmenter considérablement les chances de grossesse. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle est utilisée en deuxième recours, c’est-à-dire en cas d’échec d’un programme de FIV.

La reproduction par insémination artificielle

Sans surprise, les rapports sexuels représentent la méthode de prédilection pour concevoir des enfants. Cependant, il peut arriver que ce processus essentiel à la procréation soit rendu impossible par une impuissance masculine. L’insémination artificielle ou IA permet donc de pallier ce problème en prélevant des spermatozoïdes chez l’homme pour les déposer dans l’utérus de la femme. Il est nécessaire que cela se fasse dans la période d’ovulation afin que la fécondation puisse avoir lieu.

La congélation des ovules ou des spermatozoïdes

Qu’il s’agisse de cryogénisation ou de vitrification, des progrès importants contribuent également à la conservation du patrimoine génétique. Ainsi, les parents d’intention peuvent avoir leur enfant au moment qui leur convient le mieux. Il est aussi possible de congeler les embryons issus de la FIV afin de les utiliser ultérieurement.

Il s’agit notamment d’une technologie très utile pour les personnes devant se soumettre à un traitement anticancéreux. Comme ce type de procédure peut perturber leur fécondité, la congélation d’œufs ou de spermatozoïdes leur donne la possibilité d’avoir des enfants après la rémission.  

Les dépistages et les tests génétiques préimplantatoires

Grâce à la science, il est maintenant possible de détecter les maladies génétiques et les anomalies chromosomiques dès le stade embryonnaire. Deux grandes technologies sont aujourd’hui utilisées pour réaliser cette vérification. Il s’agit du diagnostic génétique préimplantatoire (DPI) et du dépistage génétique préimplantatoire (PGS), des processus permettant de prévenir les fausses couches ou d’éviter la naissance d’enfants atteints de maladies comme la drépanocytose.

La gestation pour autrui : choisir un pays avec soin

Dans de nombreux pays européens, l’environnement juridique devient de plus en plus ouvert à la gestation pour autrui (GPA). Cependant, le choix d’une destination de maternité de substitution doit se faire en tenant compte de plusieurs paramètres importants. Non seulement ils doivent évaluer l’expertise des spécialistes sur le terrain, mais ils font souvent face à des contraintes géographiques. C’est ce qui explique pourquoi plusieurs Européens optent pour un programme de gpa en Ukraine.

Que ce soit du côté de l’homme ou de la femme, les problèmes de fertilité sont très variés, et certains cas d’infertilité sont plus délicats à traiter. Cela dit, les programmes ukrainiens de gestation pour autrui peuvent miser sur un secteur technologique qui connaît actuellement une énorme croissance. D’ailleurs, l’un des porte-parole d’ilaya, une clinique spécialisée dans le traitement de l’infertilité, est d’avis que ce pays « permet aux parents d’intention de tirer avantage de techniques avancées tout en demeurant sur le continent européen ».

De nombreux parents, ajoutent-ils, ont réussi à avoir un enfant alors qu’ils souffraient de problèmes médicaux variés. Selon lui, l’insuffisance ovarienne liée à des troubles de l’ovulation ou à des affections utérines, l’insuffisance au niveau de la proportion ou de la motilité des spermatozoïdes et des trompes de Fallope obstruées, retirées ou ligaturées représentent les cas les plus couramment traités en Ukraine. Malgré ces problèmes, les couples traités, explique-t-il, ont su surmonter ce défi et réaliser leur rêve de fonder une famille.

Le mot de la fin

Si l’incapacité d’avoir des enfants était considérée comme irréversible dans le passé, ce n’est plus le cas aujourd’hui. En effet, les percées technologiques réalisées dans le domaine de la substitution gestationnelle ont permis au secteur de grandement évoluer dans les dernières années. La plupart des problèmes d’infertilité expliqués ou inexpliqués peuvent en effet être traités efficacement. Il suffit pour les parents intentionnels de trouver la solution qui convient à leur situation. Ces derniers doivent donc considérer les dimensions légales, géographiques et technologiques afin de prendre une décision en toute connaissance de cause.

Related posts
À la uneActualitéArt / ExpoCulturePop & Geek

Travis Durden: la pop culture s'empare de l'Art Classique

À la uneActualitéCultureMusique

Trippie Red : nouvelle mixtape, nouvelle date de concert pour Paris

À la uneActualitéBrèvesCinémaCulture

Joker : des scènes enlevées car trop folles

À la uneActualitéCinémaCulture

Le Mans 66, une grande Histoire vitesse grand V

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux
Worth reading...
Jean-Pierre 86 ans cherche jolie dame