Sport

Qu’en est-il du MMA français aujourd’hui ?

Le MMA a été légalisé en début d’année dernière en France. Mais il n’a pas fallu attendre 2020 pour que les combattants français s’exportent à l’international. Nous allons faire une rapide présentation des meilleurs combattants du plus léger au plus lourd concourant pour l’Hexagone.

Commençons tout d’abord par Manon Fiorot, c’est une combattante évoluant dans la catégorie des poids coqs qui a débuté sa carrière en 2018. En sept combats professionnels, elle n’a essuyé qu’une seule défaite, qui est intervenue lors de son premier combat en MMA. Récemment, “The Beast” a signé avec l’UFC et a gagné d’une manière très convaincante par TKO au 2ème round. Elle semble être le visage du MMA féminin en France. Selon les rumeurs, elle devrait revenir dans la cage face à l’Ukrainienne Maryna Moroz. Dans une catégorie où la concurrence est plutôt faible, si la Niçoise parvient à enchaîner quelques victoires, alors elle pourra pourquoi pas tenter d’aller chercher la championne Valentina Shevchenko qui semble indéboulonnable.

Chez les poids plumes, il y a plusieurs noms qui peuvent devenir des têtes d’affiche et d’autres qui commencent à le devenir. Asaël Adjoudj a débuté sa carrière l’année dernière : une défaite par décision partagée lors de son premier combat au Bellator. Il s’est par la suite repris en décrochant une victoire par TKO au 2ème round. Il est l’un si ce n’est le combattant le plus connu en Irlande. La raison est simple : son coach n’est nul autre que John Kavanagh qui coache Conor McGregor et s’entraîne au Straight Blast Gym Ireland, la plus célèbre salle d’entraînement en Irlande. Lorsque que le jeune de 22 ans aura pris de l’expérience et que la pandémie sera terminée, il n’y aura plus aucune barrière à son arrivée sur le continent américain.

Salahdine Parnasse, 23 ans, est quant à lui bien plus expérimenté que son compatriote car il a fait ses débuts en professionnel en 2017. C’est des favoris de la foule auprès des fans européens les plus hardcores. Son style plaît beaucoup car il est excellent en striking qui est assez spectaculaire. Il a signé au KSW, organisation polonaise, fin 2017. Il a décroché le titre intérimaire des poids plumes du KSW en avril 2019. Après l’avoir défendu, il est promu champion incontesté fin 2020. Malheureusement pour lui, il a perdu le titre par K.O le 30 janvier dès le premier round face à Daniel Torres à cause d’un “lucky punch”. Même s’il ne faut rien enlever à la victoire de l’Autrichien, on ne peut pas s’empêcher de vouloir une revanche entre les 2. Dans le cas où il prendrait sa revanche, les fans feraient un forceps plus que jamais sur les réseaux sociaux afin de faire comprendre à Dana White que Salahdine Parnasse est prêt pour la catégorie des featherweight de l’UFC.

Crédits photo : boxemag.com

Morgan Charrière est un autre combattant qui est adoré des fans en France, qui se fait connaître au Cage Warriors. Il commence à se faire un nom de l’autre côté de l’Atlantique, grâce à des journalistes de renommée mondiale comme Ariel Helwani ou des chaînes YouTube anglophones comme MMA On Point. Il a obtenu le titre des moins de 66kg du Cage Warriors en réalisant une prestation très aboutie face à un adversaire abordable en la personne de Perry Goodwin. Il était sur une série de trois victoires consécutives et a réalisé sa première défense de titre face à Jordan Vucenic. Malheureusement pour lui, il a perdu sa ceinture par décision partagée dans un combat très serré. Cependant, ce n’est pas forcément un pas en arrière, grâce à la hype qui l’entoure, on peut déjà dire sans trop de doutes qu’il obtiendra un rematch face à l’Anglais. Pourquoi ne pas organiser la revanche à Paris ? Avant de partir à l’UFC, Morgan veut de nouveau combattre en France et le Cage Warriors n’a jamais caché leur ambition de venir sur l’Hexagone. Croisons les doigts pour que cela se déroule cet été avec du public.

Crédits photo : lasueur.com

Du côté des poids moyens, Nassourdine Imavov est un combattant qui démontre de réelles qualités. Le Parisien de 26 ans s’entraînant au MMA Factory sort d’une défaite face à Phil Hawes malgré une belle prestation. Les capacités en lutte de l’Américain ont fait basculer le combat en sa faveur. Ce revers frustrant certes, mais il y a beaucoup de points positifs à en tirer. Malgré le fait qu’il n’ait pas décroché la victoire, sa progression ne sera pas ralentie. Le Français d’origine daghestanaise a déclaré dans une interview accordée à La Sueur que ses origines rajoutent une pression à ses combats mais que cela l’aide à se concentrer. “Cela me tire vers le haut mais en même temps ça me met un peu quand même la pression…” Pour rentrer dans le top 15 de la catégorie des middleweight, Imavov ne devra pas relâcher ses efforts et enchaîner les bonnes prestations afin d’y accéder.

Son acolyte du MMA Factory, Ciryl Gane, est en pleine ascension chez les poids lourds. C’est un ancien kick-boxeur qui a effectué sa transition en MMA, après un début d’année 2020 frustrant car quatre de ses combats ont été annulés. Heureusement pour lui, l’UFC a organisé en décembre 2020 un combat face à l’ancien champion des poids lourds Junior Dos Santos. Il a nettement dominé le Brésilien grâce à ses kicks et sa gestion des distances avant de conclure par TKO au 2ème round. Il a continué sa progression face à un ancien kick-boxeur en la personne de Jairzinho Rozenstruik. Là encore, il a dominé le combat et l’a vaincu par décision unanime. Le seul point négatif de ce combat est qu’il n’a pas tapé dans l’œil de Dana White. Le Surinamien était plutôt inactif tout au long du combat et Gane n’a pas voulu prendre le risque d’aller chercher le K.O comme Ngannou l’a fait lors de l’UFC 249. Il est néanmoins à un combat du combat pour le titre. Ce combat sera probablement face à Derrick Lewis ou Alexander Volkov qui sortent respectivement d’une victoire contre Curtis Blaydes et Alistair Overeem.

Crédits photo : sports.orange.fr

Pour finir, évoquons un des pilliers du MMA français, Fernand Lopez qui a fondé en 2012, le MMA Factory par lequel Francis Ngannou est passé et où Ciryl Gane, Alan Baudot ou encore Nassourdine Imavov évoluent actuellement. Si aujourd’hui le MMA est légalisé en France, c’est en partie grâce à cet homme. Il a énormément poussé pour la légalisation de ce sport. Il est aussi actuellement le meilleur entraîneur français. Le naturel et l’humilité du Camerounais d’origine fait qu’il est très apprécié des internautes. Mention spéciale aux combattants comme Fares Ziam, Abdoul Abdouraguimov, Alan Baudot et plein d’autres qui ne figurent pas dans cette liste.

Crédits photo : fernandlopez.com

Raphaël Taraborrelli

Related posts
À la uneActualitéFootSport

Lens-Lille : Un supporter lillois poursuivi pour s'être masturbé dans les tribunes

À la uneActualitéFootSport

Qui était René Malleville, ce supporter emblématique de l'OM mort d'un cancer ?

À la uneActualitéSport

Moto GP : Franco Morbidelli sur la Yamaha officielle dès ce weekend

À la uneActualitéSportTennis

Comme Djokovic, ils sont passés à un tournoi du Grand Chelem

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux