À la uneSéries Tv

On débriefe pour vous… les premiers épisodes de The Morning Show

Le premier épisode un peu confus ne rend pas justice à The Morning Show, qui trouve son rythme et son ton dès que les enjeux sont clairement posés. 

C’est quoi, The Morning show ? Alex Levy (Jennifer Anniston) et Mitch Kessler (Steve Carrell) sont les présentateurs de The Morning Show, l’émission matinale la plus populaire des États-Unis. Mais lorsque Mitch est licencié suite à des accusations de harcèlement sexuel, Alex doit gérer les répercussions du scandale dont elle ignorait tout. Pire encore, elle découvre que le dirigeant du service informations de la chaîne, Cory Ellison (Billy Crudup) cherche à la remplacer. Avec Bradley Jackson (Reese Witherspoon), jeune journaliste d’une petite chaîne locale, il pense avoir trouvé la candidate idéale… C’est compter sans la détermination de Alex, qui ne va pas se laisser évincer sans se battre. 

Lorsque Apple a présenté son nouveau service de streaming Apple TV + et les séries originales qui y seraient proposées, un accent particulier a été mis sur The Morning Show. Renouvelée pour une deuxième saison avant même son lancement, et avec les noms de Jennifer Aniston, Reese Witherspoon et Steve Carell, la série a réussi à attirer l’attention des spectateurs. On l’attendait donc avec impatience, même si les premières critiques globalement négatives avaient un peu refroidi l’enthousiasme. 

Il faut dire que le premier épisode, long d’un peu plus d’une heure, est assez confus et manque cruellement de rythme, malgré une scène d’ouverture intrigante et réussie. On suit ensuite en parallèle Alex, confrontée aux répercussions du scandale frappant son partenaire à l’antenne, et Bradley qui fait le buzz sur internet après un coup de colère lors d’un reportage. Mais même si l’on se doute de l’orientation que va prendre l’histoire, on ne sait pas vraiment ce qu’on regarde : un drama, une comédie, une comédie dramatique ? Une critique du monde des médias, l’histoire de la rivalité entre deux journalistes, une analyse des répercussions d’un scandale sexuel ? Il y a un peu de tout cela, et The Morning Show navigue entre intensité et légèreté, sérieux et humour, sobriété et hystérie. C’est ce qui rend l’ensemble assez déconcertant. 

Créée par Jay Carson (House of Cards) – ensuite remplacé par Kerry Ehrin (Bates Motel) en tant que showrunner – The Morning Show pourrait passer au premier abord pour une création d’Aaron Sorkin. Or, s’il semble y avoir quelque chose de The Newsroom, cette impression se dissipe rapidement. Il est vite évident que, plus que les coulisses d’une émission d’actualité, la série de Apple met en scène un duo de personnages féminins dans un secteur encore largement dominé par les hommes, au moment où le mouvement # MeToo change la donne. Le diable étant dans les détails, notez au passage les prénoms mixtes des deux héroïnes, sûrement pas choisis au hasard…

Alex et Bradley, rivales ou alliées ?

Quoi que différentes, ces deux femmes ont un sacré caractère. Voire un sale caractère, qui les rend souvent agaçantes – mais pas forcément antipathiques… Égocentrique et prête à tout pour conserver sa place, Alex considère que son heure est venue après des années de lutte pour s’imposer ; jeune reporter déterminée et idéaliste sur une petite chaîne conservatrice, Bradley refuse d’abord le poste de co-présentatrice du Morning show parce qu’elle veut faire du « vrai journalisme »  avant de se retrouver propulsée sur le plateau de l’émission, dans des circonstances que nous ne dévoilerons pas. 

C’est un plaisir de retrouver Jennifer Aniston et Reese Witherspoon, même s’il faut reconnaître que la seconde est un peu plus convaincante que la première (certains tics d’interprétation laissent entrevoir la Rachel Green de Friends). Les scènes les plus fortes sont en tous cas celles qu’elle partagent, en particulier dès que l’affrontement esquissé au début semble céder la place à une possible association en vertu d’intérêts convergents. C’est d’ailleurs à partir de ce moment là que l’histoire décolle, et que la série trouve son rythme de croisière. 

Évidemment, l’autre élément essentiel est le scandale sexuel qui constitue le déclencheur de l’histoire. Le licenciement du présentateur Mitch Kessler n’est pas sans rappeler d’autres affaires, notamment celles de Roger Ailes et surtout de Matt Lauer, présentateur du… Today Show sur CBS, licencié par la chaîne suite à des accusations similaires. 

A lire aussi : On débriefe pour vous… The loudest voice, la chute du fondateur de Fox News

Avec intelligence et pertinence, la série fait le choix d’aborder le sujet selon plusieurs angles, en adoptant tour à tour le point de vue de l’accusatrice, du présentateur qui réfute les allégations en arguant que les jeunes femmes étaient consentantes, de sa collègue qui doit assumer les conséquences du scandale, du producteur exécutif de l’émission (Mark Duplass) qui fustige les excès du mouvement #MeToo ,  des dirigeants de la chaîne ou encore du public (on pense à une scène où Kessler est pris à parti dans la rue.) 

The Morning show, avant le scandale

The Morning Show contient également une réflexion intéressante sur les médias, et plus précisément sur l’évolution de l’information et du journalisme. Par exemple avec le personnage de Bradley et les circonstances de sa nouvelle célébrité, ou avec Ellison, patron du service information de la chaîne, qui privilégie  le spectaculaire et la controverse au détriment de l’analyse de fond. On ne peut pas non plus manquer de souligner cette petite remarque du même personnage, qui explique que si la télévision ne parvient pas à se réinventer, elle sera balayée par les grandes entreprises de technologie… Pour une série lancée sur le nouveau service de streaming de Apple, voilà qui ne manque pas d’ironie. 

Après un premier épisode un peu bancal, The Morning Show gagne en rythme et en puissance et atteint son rythme de croisière dès que tous les enjeux sont mis en place. Avec pour cadre les coulisses d’une émission de télévision, les nombreuses problématiques qu’elle aborde, son duo d’héroïnes entre rivalité et complicité interprétées par des actrices aimées du public, des personnages secondaires intéressants et une réalisation efficace, The Morning Show n’est pas forcément à la hauteur des attentes, mais elle s’annonce plaisante et pertinente. 

The Morning Show (Apple TV Plus)
8 épisodes de 55′ environ. 

About author

Traductrice et chroniqueuse, fille spirituelle de Tony Soprano et de Gemma Teller, Fanny Lombard Allegra a développé une addiction quasi-pathologique aux séries. Maîtrisant le maniement du glaive (grâce à Rome), capable de diagnostiquer un lupus (merci Dr House) et de combattre toutes les créatures surnaturelles (vive les frères Winchester), elle n'a toujours rien compris à la fin de Lost et souffre d'un syndrome de stress post-Breaking Bad
Related posts
À la uneCinémaCulture

"Borat", le journaliste Kazakh, est de retour sur nos écrans

À la uneActualitéFranceSanté

46 millions de français désormais touchés par le couvre-feu

À la uneActualitéCinémaCulture

La comédie de Dany Boon sur le confinement sera disponible sur Netflix

À la uneFrance

Le Général Pierre de Villiers annonce un risque de guerre civile

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux
Worth reading...
On débriefe pour vous… The loudest voice (Showtime), la chute du fondateur de Fox News