À la uneActualitéCultureMusique

Les Twins Phoenix et les Improvocantes font leur show à La Dame de Canton

L’été arrive doucement et c’est à Paris que les Twins Phoenix, ont débuté leur tournée estivale. De quoi faire oublier le temps d’une soirée la pluie et la grisaille de la capitale. La première partie était assurée par les extravagantes Improvocantes. Rires, musiques et bonne humeur étaient au rendez-vous.

Une péniche amarrée sur les bords de seine, les Twins Phoenix, les Improvocantes. Tout ce qu’il faut pour une soirée réussie. Le samedi 2 juillet, le public est donc prêt pour embarquer à bord de La Dame de Canton. Il est 20H.

Les Improvocantes ouvrent le bal. Trois jeunes femmes, Elsa de Belilovsky (dite Zazou), Mélody Daniel (dite Mel) et Julie Vanhonnacker (dite Jude) imaginent des saynètes à partir des thèmes piochés dans un chapeau. Chaque mot a été écrit sur un bout de papier par le public quelques minutes avant le show. Avec les Improvocantes, le spectateur est roi. Et c’est ce qui fait l’originalité de ce spectacle d’impro créé en 2012 par Zazou et que l’on ne voit nulle part ailleurs. Délurées et pleines d’imagination, les filles étonnent. Que ce soit sur le thème « sensible », « péripatéticienne », « geek » ou même « enterrement », les trois jeunes femmes arrivent à nous faire rire. Le spectacle se poursuit et des difficultés s’ajoutent, exigées par le talentueux maître de cérémonie, Jonathan Pujol et son sifflet. Les comédiennes doivent jouer avec un accent, qu’il soit belge, antillais ou chinois. Les situations deviennent de plus en plus loufoques : un geek se rend chez un gynécologue, en pleure, se fait une demande en mariage, pour un public plus ravi que jamais.

Les Improvocantes

Zazou, Mel, et Jude laissent ensuite la scène aux Twins Phoenix et à leur musique au croisement du hip hop, du rock et du reggae. Les corps se déhanchent dès la première chanson, « Hey Mama » (David Guetta & Nicki Minaj), interprétée par les frères jumeaux, Hilal et Ismaël, deux personnalités emblématiques de The Voice 2016. Enfants, adolescents et adultes, debout sur le devant de la scène sont transportés par la voix rauque et puissante des Twins Phoenix. Le public chante, danse avec les deux artistes, le sourire aux lèvres. « Dans ma rue » de Féfé et « Le Chant des Sirènes » des Fréro Delavega sont revisitées avec brio. Le solo d’Ismaël au djembé à la fin de « I’m good » (Twins phoenix) étonne. Il est très vite rejoint par Hilal et son instrument de percussion africain. Le public tape des mains, crie, s’enflamme. Les artistes émeuvent sur la reprise très originale de « Je suis malade » de Serge Lama. Sur certaines musiques, Julien Abella (batteur), Jean Costes (violoniste), et Math Vi (violoncelliste), accompagnent les jumeaux pour un son toujours plus entraînant. Les spectateurs sont d’ailleurs très réceptifs au groove que dégage les Twins, et connaissent sur le bout des doigts les compositions des deux artistes : de “Mr Jack & Mrs Jane” à “Just wanna be there”, en passant par “Dude story” ou “J.A.M.E.S”. Un public d’autant plus enthousiaste, que les deux artistes n’hésitent pas à l’interpeller, à plaisanter, à jouer avec lui. Le concert se termine. Le public réclame une autre chanson. « Hey Papa » clôt le show. Le public est conquis.

Yaëlle Kahn

Related posts
À la uneActualitéFrancePolitique

Saint-Ouen : le colistier du futur maire arrêté pour un scooter volé

À la unecity-breakVoyages

City Break à Rome : 4 lieux à découvrir pendant un week-end.

À la uneMédias

Le jeu Mot de passe de retour sur France 2

À la uneActualité

Paris : un mort et deux blessés graves dans un incendie

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux